Sentier de Lune (Phil Lemoine)

 


sentier de lune
envoyé par Orphil.

 

Aux abords d’un sentier de Lune, s’en vint à passer la dame du lac... Je la regarde et voyage dedans mon âme. Je ne sais plus d’où vient le vent, Mama Lucy. Telle Gaïa, Lucy souffre de tous les enfants que je porte, puis de la blanche écume sourdant à l’entour du membre viril et paternel, elle s’élève, fière Aphrodite et le ciel Ouranos à jamais s’éloigne de la Terre...
Aux abords d’un sentier de lune, s’en vint à passer la dame du lac... Evangélista, je me souviens de toi ! Tu ouvrais les mains en calice autour de ton bassin, que le faisceau de douce énergie, maintenant : se cristallise en sentiment. “Commence par rassembler la totalité de toi-même!”, L’immense activité titanesque !...

La connaissance est un papillon. Le voilà larve, au point d’assemblage de son évolution du ver encore rampant. Et bien avant qu’il ne sorte de sa chrysalide au soleil printanier du levant et fasse le Grand Paon de Nuit Soufre Apollon Belle Dame Silène Sphinx de l’Euphorbe Uranie Vanesse Azuré d’Arion Ecaille Chinée... Gouttelettes de rosée aux myosotis, jardin de jouvence, pavots fleuris,, ombilic de Vénus danse, voltige au moulin de Coulmier... Eva... Evagorè “qui parle bien”, tu posais sur mes épaules tes mains, afin de diriger mes os aux quatre coins de TOUT un grain de sable... Tandis qu’un océan de calva ne soûlerait pas, l’Ancre de ton regard !

Eva, tes yeux comme un lac où se reflètent les rêves enfouis depuis la nuit des temps... il y a dix mille ans de cela ! Les ondes ne meurent jamais ! Elles se laissent bercer des australs alizés qui nous emportent et nous poussent au devant les pires ennuis, falaise de la liberté... Les albatros, sentier de Lune, un rien jaunâtre dans le ciel, puis silence  et vol majestueux

Mais si la nuit m’était mille eu une fois délice au royaume de Sénélé !