Le mont de la Sarakina

de la culture des allopathes [Plainte contre un hôpital urgentiste pour non-assistance à personne en danger]

Lorsque l’on interroge des consommateurs de cannabis, −Qu’ils aient 20 ou 54 ans, comme moi− Qu’on leur pose, spontanément, la question : « Pourquoi, selon toi, le cannabis est-il toujours interdit ? » La réponse est presque toujours identique : « Pour pas que les flics des stups finissent au CPAS ! » Cette réponse provient, vraisemblablement, de l’histoire, côté Nord-Américain… En effet, il faut savoir que le cannabis a été interdit aux USA peu après que l’alcool fut autorisé et que du coup, ils ne savaient quoi faire de leurs flics ! (Qui plus est, on était juste après la crise de 29… Et mettre tous ces policiers au chômage, ce n’était pas pensable !) En Europe, c’est très différent : le cannabis a été interdit, à partir de quand l’industrie pharmaceutique du IIIème Reich (Pléonasme !) a commencé à se développer

[Pour la petite histoire : Ce qu’on appelle la « Petite IG Farben » a vu le jour en 1902 et la « Grande IG Farben » à partir de 1925 (Comme par hasard, la première loi, chez nous, en Belgique, qui régit le cannabis date de 1921… + une seconde complétant la première, en 1928… Mais concernant, justement, certaines drogues pouvant être utilisées en médecine, tels la morphine et le cannabis) En 1946, un procureur Américain a déclaré, au tribunal de Nuremberg, je cite : « 1. Sans l’argent d’IG Farben, jamais les nazis n’auraient pu arriver au pouvoir. 2. Sans la production d’IG Farben (Et singulièrement les carburant synthétiques…) jamais les nazis n’auraient pu faire la guerre… Et 3. Sans le Zyklon B d’IG Farben, jamais les nazis n’auraient pu exterminer autant de Juifs. » Ces « braves gens » étant quelque peu dans l’embarras d’être ainsi montré du doigt, au banc de la société, ils se sont trouvés donc, contraints-forcés, de scinder leur groupe en quatre sociétés toujours bien actives aujourd’hui : Agfa, Aventis, BASF et Bayer (Ces derniers viennent de racheter Monsanto pour 59 milliards de dollar !)]

C’est pourquoi, à la question : « Pourquoi le cannabis est-il encore interdit ? La réponse qui a moi me semble la plus évidente, est : Parce que beaucoup trop gênant à l’industrie pharmaceutique ! Pour certaines maladies (Tels la fibromyalgie, la sclérose en plaque et l’AVC) c’est tout simplement hors concurrence !

Pour comprendre qu’il en est bien ainsi, il suffit de considérer la directive de 2005 qui dit que la consommation de cannabis est maintenant tolérée (Pour les personnes majeures et résidant en Belgique), excepté dans les écoles… Bon, ça c’est bien normal ! Ce qu’il l’est déjà beaucoup moins, c’est que ça l’est également en prison (Toujours parce que l’on considère le cannabis comme une drogue et non comme une plante médicinale…  Si c’était le cas, on cesserait de gaver les détenus de barbituriques et on leur permettrait de se détendre et de calmer stress et angoisses, en consommant la petite plante amie…) Mais alors ce que l’on ne comprend plus du tout, c’est que ça l’est également à l’hôpital ! Et c’est là que je béni, véritablement, ces gens de la Citadelle −Purs allopathes, pourtant !− Qui m’ont permis de vaporiser le cannabis (Même Salle 37, en pneumologie !) Afin de prévenir la nausée due à la chimio, en 2009… Sans l’ouverture d’esprit de ces gens, je crois bien que je serais mort alors ! (Voir à ce sujet, mon post : « de la culture des allopathes [Lettre ouverte à la Fondation contre le cancer] »)

De plus, lorsqu’on interroge les mêmes personnes −Y compris les jeunes ! (Qui eux, s’ils veulent prendre des trucs afin de faire la fête, se tourneront plus volontiers vers des produits beaucoup plus énergisants… Voire carrément speed ! (Tels les amphétamines, cocaïne et autres extasy)) En leur posant la question de savoir pourquoi ils consomment le cannabis ? Les réponses dans quasi 100% des cas, sont liées au thérapeutique. En effet, puisque l’objectif est bien de se détendre, de calmer le stress, les angoisses… Voire, à plus forte raison, de simplement passer une bonne nuit réparatrice, c’est du thérapeutique ! Et rien que du thérapeutique !

Sans parler de ceux, dont je suis, qui ajoute des gouttes de CBD à leur mélange, dans le but de rendre le cannabis moins fort (Pour les gens de ma génération, qui ont connu le cannabis, il y a trente ou quarante ans, le cannabis d’aujourd’hui, est beaucoup trop fort parce que beaucoup trop chargé en THC (La composante du cannabis qui provoque l’effet psychotrope) C’est pourquoi, nous rajoutons quelques gouttes de CBD afin de rééquilibrer le produit : Moins d’effet psychotrope et plus d’effet paramédical, voire carrément médical ! Au minimum, ça règle mes problèmes de dos et là, depuis un mois, aujourd’hui, que je me suis tapé un AVC, je ne le soigne qu’avec le cannabis (cannabis comme d’habitude + au moins dix gouttes par pipe de CBD… à 4%) Et, au grand étonnement des incrédules, ça fonctionne au top ! (J’ai fait zéro séance de kiné… Je n’ai pris aucun médoc allopathe… Et pourtant ma main droite re-fonctionne quasi normalement !)

C’est pourquoi je dépose contre l’hôpital où je suis allé en urgence : Parce qu’ils ont confondu cause et solution ! Au grand étonnement du médecin traitant (Elle a même dit : « Monsieur Lemoine, ces gens n’ont pas été corrects avec vous ! »), ils ne m’ont pas fait de scan cérébral mais se sont contentés d’une simple prise de sang et d’un examen d’urine… Mais moi, je savais que c’était l’AVC : Pendant tout l’été, sur la RTBF, ils ont diffusé à tout rompre la pub : « Claire était bizarre… Elle ne savait plus tenir sa tasse… » Et de décrire toutes sortes de symptômes que j’avais… Et alors, ce qui me faisait surtout flipper, c’est que la pub se terminait par ces mots : « Lors de mon AVC, chaque minute a compté ! » Or pour moi, ils ont commencé par ne pas me faire l’examen qu’il fallait (Le scan cérébral) Et puis surtout, ils m’ont jeté comme une merde au milieu de la nuit ! Ils sont venus me réveiller sèchement, à 01h du matin (J’étais là depuis 19 ou 20h), Et c’était du genre : « C’est bon, vous n’avez rien, vous pouvez partir ! » Sèchement ! Vraiment, l’air de dire : « Espèce de sale drogué, dégage d’ici ! » Je suis parti de là, à 01h du matin et je suis arrivé chez moi… 4km plus loin, à 04h30 ! (Je ne sais pas comment j’ai fait pour rentrer chez moi !) Trois jours plus tard et à la demande du médecin traitant, le scan cérébral a été effectué et il a bien confirmé le fait que j’aie fait l’AVC !

Avant d’en revenir à la question initiale qui était : « Pourquoi le cannabis est-il toujours interdit ? » Posons-nous d’abord la question de savoir pourquoi le corps médical dénigre-t-il à ce point le cannabis… et même le CBD ?!

[Concernant quoi, je donne ici quelques précisions, quant au CBD, que l’on sache bien de quoi nous parlons et pour que le lecteur comprenne bien l’incompréhension pour nous, du fait que ces gens −Des scientifiques pourtant !− refuse même tout simplement de réfléchir au problème sur base de tout ce qui existe en termes de littérature, d’études scientifiques… Et de dizaines de milliers de témoignages, dont le mien, qui vont tous dans le même sens :

CBD et huile de CBD - Encyclopédie

CBD est le diminutif de cannabidiol et c’est l’un des 60 types de cannabinoïdes que l’on peut trouver dans la plante de cannabis. Le THC est également un cannabinoïde. Le nom complet du THC est tetrahydrocannabinol et cette substance a une influence considérable sur la conscience. Le CBD n’a pas ces effets qui altèrent la conscience, mais il peut être d’une utilité médicale d’après de nombreuses sources scientifiques.

Une plante de cannabis.

L’histoire du CBD

La toute première trace de consommation de la plante de cannabis par l’homme remonte à 5000 ans. Des textes anciens chinois décrivent la plante comme un moyen efficace de combattre la malaria, le béribéri, la constipation, les douleurs dues au rhumatisme et aux menstruations. Des textes ayurvédiques d’Inde vieux de 3000 ans mentionnent également la plante cannabis. On trouve même des références à l’huile de chanvre dans l’Ancien et le Nouveau Testament. De nombreuses civilisations anciennes décrivent un usage de la plante, comme les sumériens, les Egyptiens, les Romains et les Grecs.

La possession et l’usage du cannabis a été bannie par les Etats-Unis en 1937, et les gens sont restés sceptiques pendant longtemps concernant les effets du cannabis. Bien entendu, on peut dire que beaucoup de gens le sont toujours aujourd’hui. Il y a quelques dizaines d’années, les gens ont été très intéressés par les effets psychotropes du THC. C’est pour cette raison particulière que les plantes de cannabis ont été cultivées de telle sorte que le taux de THC augmente. Des variétés aux taux de THC extrêmement forts ont ainsi été créées, en général au détriment du taux de CBD.

Le Docteur Tod H. Mikuriya a publié en 1972 un article intitulé "Marijuana Medical Papers 1839-1972" donnant un aperçu complet de tous les articles scientifiques abordant les propriétés thérapeutiques du cannabis. Cet article ouvre une fois de plus le débat sur la consommation thérapeutique du cannabis. A partir de là, la plante devrait être examinée pour ses effets thérapeutiques de manière plus fréquente.

Le néerlandais Wernard Tanning a introduit pour la première fois le terme « marijuana médicale » en 1994. Tanning a ensuite passé des années entières à essayer de faire légaliser l’huile de cannabis. Il a contribué à la décision radicale prise par le Ministre néerlandais de la Santé, Els Borst. En 2000, le gouvernement néerlandais a décidé que le cannabis ne devait pas être disponible uniquement dans les coffeeshops, afin de donner aux patients un accès aux cultures de cannabis médical contrôlée sans contamination.

Les recherches sur les bénéfices des effets du cannabis se sont poursuivies et tous les cannabinoïdes ont été examinés minutieusement. Les publications mettant en lumière les effets bénéfiques potentiels de l’huile de CBD sont devenues de plus en plus nombreuses à partir de 2000.

Comme le THC est une substance illégale dans la plupart des pays, Israël a développé une plante de cannabis qui contient essentiellement du CBD et pratiquement pas de THC. Cette plante peut seulement être cultivée dans le but de faire de l’huile de chanvre médicinale, qui ne vous rendra pas stoned.

Chimie

La structure du CBD.

Comme nous l’avons dit plus haut, CBD veut dire cannabidiol et fait partie des plus de 60 types de cannabinoïdes que l’on peut trouver dans la plante de cannabis. Le corps humain produit également certains cannabinoïdes. Ils sont appelés endocannabinoïdes. Le CBD et le THC sont similaires à ces substances endogènes. Le CBD peut être administré oralement ou par inhalation, après quoi la substance est absorbée par le corps et se fixe aux récepteurs de cannabinoïdes.

Les récepteurs sont des points du corps où une substance peut adhérer, et qui provoque ensuite une réaction biochimique en mouvement ou en empêche une autre. Considérez-là comme une clé qui rentre dans une serrure. Un agoniste est une substance qui met en place une réaction en mouvement, après s’être fixée sur un récepteur. Comme une clé qui se glisse dans une serrure et ouvre une porte.

Un antagoniste est l’opposé, il empêche une réaction biochimique de se mettre en place. Comme une clé qui rentre dans une serrure mais n’ouvre pas la porte. Mais le trou de la serrure est désormais bloqué.

Comme le CBD se fixe sur le récepteur de cannabinoïdes mais sans déclencher de réaction chimique, il est considéré comme un antagoniste. Le THC se fixe lui-aussi sur le récepteur, mais dans ce cas il provoque une réaction : vous vous sentez stoned ou high. Le THC est un agoniste. Sur cette base, on peut considérer que le THC combiné au CBD ne fonctionnerait pas très bien. Le CBD empêche le THC de faire réagir les récepteurs, ce qui veut dire que vous ne ressentirez pas d’effet.

L’inverse est également vrai. Le CBD semble en fait renforcer l’effet du THC. Cela peut s’expliquer avec la théorie que le CBD rend les récepteurs de cannabinoïdes plus sensibles. Si le CBD disparaît, il faudra alors moins de THC pour déclencher l’effet habituel, ce qui signifie que vous serez high / stoned plus rapidement. La manière exacte avec laquelle le THC et le CBD interagissent n’est pas encore complètement expliquée.

Effets de l’huile de CBD

L’huile de CBD ne vous fait pas sentir stoned, mais on lui rapporte cependant un effet apaisant, qui vous met à l’aise. Pour cette raison, certains pensent qu’elle peut être utile pour les gens qui souffrent d’anxiété sociale. C’est un fort contraste au THC, qui en général n’aide pas du tout à devenir plus sociable.

Certaines études suggèrent que le THC peut déclencher ou renforcer une psychose [2, 6]. On a aussi démontré que le THC affectait de manière négative la mémoire à court terme. Il est intéressant de noter que le CBD améliore les fonctions cognitives [3, 6].

Les effets opposés du CBD et du THC peuvent aussi expliquer pourquoi certains consommateurs de cannabis deviennent paranos en fumant un pétard, alors qu’il ne ressentent pas la même chose quand ils fument du hachich, et cela étant dû au fait que le hach est souvent fabriqué à partir de plantes de pays étrangers, aux taux de THC et de CBD plus équilibrés. Le cannabis néerlandais vient de plantes cultivées depuis des générations, en particulier pour leurs taux de THC élevés, et contenant en général très peu de CBD.

Des taux élevés de THC rendent en général plus lent, moins productif et moins social. C’est pourquoi certains préfèrent le hash d’import, qui contient suffisamment de CBD pour contrecarrer les effets négatifs. C’est l’exemple parfait qui montre que l’interférence de l’homme avec la nature ne conduit pas toujours à un meilleur produit. Parfois nous brisons la formule gagnante ! (Source)

Il y a également pas moins de 82 études effectuées sur l’effet du cannabis contre le cancer ! (À cette adresse : https://www.alchimiaweb.com/blogfr/82-etudes-scientifiques-efficacite-cannabis-contre-cancer/ ]