Le mont de la Sarakina

de la protection spirituelle [L'histoire du petit Sylvain]

Je parle toujours du rapport avec l’Esprit, en termes de traqueur… Soit, finalement, un rapport de forme… Mais, naturellement, quiconque agit conformément… J’allais dire à la volonté mais en fait aux souhaits du Seigneur, se trouve sous protection spirituelle. Bien entendu, sans oublier le fait que nous sommes en enfer et que l’équivalent du Saint Esprit… mais de la force obscure, fera tout… Soit pour vous tenter à faire le mal, lorsque vous êtes faible, ou à tout faire pour vous mettre des bâtons dans les roues lorsque vous êtes fort et décidé.

C’est ce qui m’est arrivé fin août : En même temps, ça m’a niqué tant mon ordi que ma main droite… (AVC) Il m’aura fallu quarante jours pour régler le problème.

[Il faudrait peut-être que je le relise… Ou que je lise une traduction plus proche de la vérité… Mais Le livre de Job n’a pas fini de me poser questions… Parce que tel quel, Dieu passe vraiment pour un con, manipulé, comme un pantin par Satan : Ainsi donc, sur le conseil de ce dernier, Dieu détruit tout ce que Job possède… Tant en termes de personnes que de bien… En ajoutant : « Mais Job continue d’aimer son Dieu… » Mais d’un amour très amer alors ! (Quasi le mode sado-maso !) Sinon, il ne conclurait pas en ces termes : « Jusque-là mes oreilles avaient entendu parler de toi mais maintenant mes yeux t’ont vu ! »

Il faut dire que je ne comprends rien à l’Ancien-Testament… Que ce soit l’histoire d’Abraham, de Moïse ou de Job… Ma seule conclusion, c’est que ces textes ont été écris par des suppôts de Satan dans le but de nuire au souffle divin… (Bien-sûr, je n’ai pas lu Le Cantique des Cantiques… réputé pour être magnifique… Mais moi, ma Bible, en plus de mes lunettes, il me faudrait une loupe pour pouvoir la lire car c’est beaucoup trop petit pour moi !)]

Toujours est-il que dans ma conception des choses, si l’enfer est bien, a priori, dirigé par Satan… C’est quand même bien toujours à la gloire de Dieu : Un lieu pour que ceux qui sont en enfer puissent « vivre » et que ceux qui sont au purgatoire puissent se dépasser. Mais sans perdre de vue, une seule seconde, le fait que quiconque se conformant aux souhaits du Seigneur soit sous protection spirituelle…, cela pour finalement cheminer paisiblement vers le Paradis !

Toute la difficulté du Chrétien étant de pouvoir faire la part des choses entre l’épreuve dont le but est d’en sortir grandi afin d’élever son âme… Et les tentations de l’esprit du mal qui visent le contraire ! La frontière entre les deux est très subtile ! (Pour comprendre ce dont je parle, le mieux étant de lire « La dernière tentation du Christ » du père Nikos ou de voir l’adaptation cinématographique de Scorsese… Où finalement, le cœur du débat entre le Seigneur et Judas porte sur l’objectif à atteindre : Judas, en parfait résistant, authentique guerrier de l’Esprit… voulait chasser les Romains hors de Palestine… Alors que le Seigneur, en tant que Fils de Dieu, voulait chasser le péché hors de l’homme !)

Et en fait, ce que je constate, c’est que dans grand nombre de cas (Si pas, en termes d’entreprises spirituelles, dans tous les cas !) lorsque « le sort s’acharne » (C’est-à-dire : lorsque vous êtes dans le collimateur de l’esprit du mal) c’est parce que vous confondez : Agir conformément à la volonté du Seigneur… et l’orgueil ! Ainsi pour moi, si Judas l’Iscariote est le plus grand des Apôtres (Enfin disons : le plus puissant) C’est parce qu’il a compris dans son cœur, que sa raison d’être, n’était pas d’être le grand guerrier qui allait taper les Romains à la mer… après avoir exécuté ce collabo de Jésus (Qui, en tant que fils de charpentier, fabriquait des croix pour que l’ennemi puisse crucifier les siens…) Mais bien d’être celui qui, en toute humilité, devait trahir le Fils de Dieu… Afin que ce dernier puisse se révéler au grand jour pour ce qu’Il est : le Sauveur de l’humanité !

Pour replacer ce schéma d’idées dans mon propre vécu : Si j’ai eu tous ces soucis avec le cannabis (Ou plus exactement avec la bande des stups !), c’est parce que lors de la première perquisition, j’ai regardé les flics avant de leur déclarer fièrement : « Vous m’avez bien regardé ? Eh bien sachez que c’est moi qui vais faire légaliser le cannabis en Belgique ! » Et tous les ennuis qui en ont découlé ne sont que conséquence de mon orgueil !

Je pourrais développer pendant au moins dix pages sur le sujet et j’en arrive toujours à la même conclusion : La première vertu d’un Chrétien, c’est son humilité. Son pire défaut, c’est l’orgueil !

Si au lieu de me prendre pour « chai pas qui », je m’étais satisfait, très simplement, des cadeaux du Seigneur (Le fait d’avoir tout mon temps pour moi, d’avoir tout ce dont j’ai besoin pour pouvoir fonctionner, plus, bien entendu ce don que j’ai de savoir écrire…) Mon livre serait déjà fini !

Sauf que : NON, naturellement ! Car comment aurais-je pu l’écrire sans commencer par vivre cette expérience fâcheuse, source de cette réflexion !

(Et c’est pourquoi ce petit coup de Jarnac de l’esprit du mal en août : Il s’est dit : « Houlà, celui-là, ce n’est plus avec l’orgueil que je vais pouvoir le niquer… Va falloir que je sacrifie un cavalier, voire carrément une tour ! » Pour le dire en termes de jeu d’échecs !)

C’est pourquoi, ami(e) si je n’ai qu’un seul conseil à te donner, c’est de te contenter d’être… content ! (Pas content de toi en termes prétentieux… Sinon on est toujours dans l’orgueil !) Mais content, tout simplement ! Joyeux, en d’autres termes ! De te fixer un but à la fois simple et sain. Ainsi, mon but à moi… Aujourd’hui… Après avoir maîtrisé toutes chimères Sans doute, chevauchant l’ami Pégase ! est tout simplement d’écrire… Et d’écrire… Non pas car je me prendrais pour un grave… du genre de celui que j’ai vu hier sur Histoire (Régis Debray… Un gaulliste à la fois pote avec Che Guevara et François Mitterrand ! Et qui déclarait avoir apprécié d’aller trois ans et demi en tôle ! « Vous comprenez, si je ne m’étais retrouvé écarté pendant tout ce temps, jamais, je n’aurais pu lire des choses comme don Quichotte ou Tolstoï ! » Et les mecs autour Des académiciens de première ! de le cataloguer comme étant à la fois moine et voyou ! Ce avec quoi, tout le monde était d’accord !)

Et moi, si j’ai une admiration sans borne pour ce genre de client (Excepté tout ce qui touche à la lutte armée qui est total à l’encontre de ma conception des choses) Aujourd’hui, je ne souhaite plus le vivre ! Hier peut-être… Mais aujourd’hui, si je dois choisir entre la voie du héros et celle du « Saint caché » (pour m’exprimer en termes « Yi King ») je choisi le second sans la moindre hésitation ! Sauf, bien entendu, si la motivation de ce choix, c’est la peur ! Seulement dans le cas où je renonçais à la voie du héros… Par lâcheté.

Mais ce n’est pas le cas. Ce qui motive mon choix, c’est le désir d’être en paix… de connaître l’harmonie dans ma vie de tous les jours…

Don Juan dit que le guerrier vit comme s’il était déjà mort (Rêver, par exemple…) Et je crois que le Chrétien que je suis vise à faire la même chose ! Vivre comme lorsque je serai parvenu à m’échapper de ma prison de chair… Ou plus exactement, lorsque le Seigneur signera la fin de mon temps de peine.

Et puis, si, bien que tel n’est plus du tout mon souhait, je devais malgré tout vivre la voie du héros, je sais que le Saint Esprit veillerait sur moi…

Il y a une histoire dans ma famille qui illustre parfaitement ce dont je parle… L’histoire du petit Sylvain !

Qui était d'origine juive (Sylvain Markman) Son père et mon grand-père étaient en affaire. Lorsque la famille Markman, en 42, dut se rendre à Malines pour le regroupement des Juifs en partance pour Auschwitz, ils ont pris soin de demander à mes grands-parents de s’occuper du petit… ce que mes grands-parents ont tout de suite accepté… Malgré les risques ! Les risques pour eux… Et leurs trois enfants !

Et, voyez-vous, c’est ainsi que cela se passe : L’homme agit conformément à la volonté du Seigneur. Alors l’Esprit veille à ce que tout se passe bien. 

Ainsi, l’enfant n’était pas caché : Il avait une « vraie fausse » carte d’identité (Faite par le Secrétaire communal) au nom de SylvainVreurick, du nom de mes grands-parents… Avec ça, chose que mes grands-parents n’ont jamais su de leur vivant, c’est que le secrétaire communal n’était pas l’ami qu’il prétendait être (En fait, il a dû avoir peur, tout simplement) car en termes d’officialisation de la chose, l’enfant n’avait qu’une carte d’identité mais aucun faux n’avait été constitué au niveau du registre des naissances…, de sorte qu’au premier vrai contrôle en profondeur, ils étaient cuits ! Avec ça, ils étaient des notables dans un village dont le bourgmestre était rexiste… Et pas même des choses telle que la jalousie n’ont conduit à une lettre de dénonciation !

Plus fort encore : En 43, ils ont reçu toute sorte de choses de l’oncle de Sylvain qui était à New-York… De la nourriture mais également des vêtements pour l’enfant… Ces choses ont donc été contrôlées par les autorités nazies au port d’Anvers… Et pourtant, lorsque mon grand-père a ouvert la valise de vêtements, la première chose qui lui a sauté aux yeux, bien en évidence au-dessus des autres vêtements : une calotte juive ! Mais tout cela est passé comme une lettre à la poste !

À partir d’ici, dans le récit, l’Esprit s’amuse ! Comme toujours avec l’Esprit ! Il se passe des choses difficilement conciliables mais qui pourtant fonctionnent au quart de tour !

Ainsi, voilà qu’ils se retrouvent squattés par des officiers de la Wehrmacht… Ce qui, a priori, aurait pu se révéler plus que problématique : En effet, d’abord, il y avait l’enfant… Et puis, en plus, mon grand-père était résistant ! Mais en place de quoi, mon grand-père se trouve absolument ravi de la présence de ces gens !

Pour une raison bien simple à comprendre, c’est que c’était des gens… de son milieu ! Du camp ennemi… Mais de son milieu !

[L’histoire de mes grands-parents est des plus complexes… Et là n’est pas le sujet… Mais pour donner une idée : Lors de leur mariage, ils ont dû demander à des passants d’être témoins de leur mariage… Car absolument personne n’était venu ! Du point de vue « haute bourgeoisie » de mon grand-père, ils n’allaient quand même pas se rendre à des noces avec la fille d’un souffleur de verre ! Et du point de vue « Communiste profondément athée » de la famille de ma grand-mère : Plutôt crever que de mettre un pied dans une église ! Toujours est-il qu’ils se sont mariés devant Dieu… Et selon moi, c’est ça qui a joué…]

Tout ça pour dire que mon grand-père appréciait la compagnie de ces gens qui devaient lui rappeler l’ambiance de son enfance… Et alors, il s’est passé une chose totalement incroyable : L’attirance (Je ne trouve pas d’autre mot !) qu’il y avait entre l’un de ces officiers et le petit René ! Dès qu’il entrait dans la pièce et s’asseyait, l’enfant lui grimpait sur les genoux et c’était difficile de l’en déloger ! À plusieurs reprises, il a ainsi déclaré, avec tendresse, une main chaleureuse posé sur la tête de l’enfant : « Vous savez, Monsieur Vreurick, j’adore tous vos enfants… Mais celui-ci, est mon préféré ! » Le pauvre… s’il avait su !

Et voilà ! Les choses se sont passées de la sorte : sans aucun souci… Naturellement et simplement... Comme toujours lorsque l’on se conforme à la volonté du Seigneur !

Voir à cette adresse, la version des Israéliens : http://db.yadvashem.org/righteous/family.html?language=en&itemId=6206173