57. Le doux

Souen / Le Doux (le Pénétrant, le Vent)
En haut Souen : Le Doux, le Vent
En bas Souen : Le Doux, le Vent

Souen est un des hexagrammes doubles. C'est la fille aînée; il a comme image le vent ou le bois, comme propriété la douceur qui pourtant pénètre à la façon du vent ou du bois qui pousse ses racines.
Le principe obscur, qui est en lui-même rigide et immobile, est dissous par la pénétration du principe lumineux qui se l'assujettit doucement. Dans la nature, c'est le vent qui disperse les nuages amoncelés et crée la clarté sereine du ciel. Dans la vie humaine, c'est la clarté pénétrante du jugement qui anéantit toutes les sombres arrière-pensées.
Dans la vie sociale, c'est l'influence d'une personnalité marquante qui démasque et dissipe toutes les intrigues nouées dans l'ombre.

LE DOUX. Réussite par ce qui est petit.
Il est avantageux d'avoir où aller.
Il est avantageux de voir le grand homme.

La pénétration opère des effets progressifs et invisibles.
On ne doit pas la réaliser par des moyens violents mais par une influence ininterrompue. Ces effets frappent moins le regard que ceux obtenus par surprise, mais ils sont plus durables et plus complets. Pour pouvoir agir ainsi il faut avoir un but clairement perçu, car seule une influence pénétrante agissant toujours dans la même direction parvient à un résultat.
Une force de faible intensité ne peut opérer un effet que si elle se place sous l'autorité d'un homme supérieur possédant le don de créer l'ordre.

Commentaires

Des vents qui se suivent : image de CE QUI PENETRE DOUCEMENT.
Ainsi l'homme noble diffuse ses commandements et exécute ses entreprises.

La qualité pénétrante du vent repose sur son caractère continu. C'est par là que le vent devient puissant. Il prend le temps comme moyen d'action. C'est également de cette manière que la pensée du souverain doit pénétrer dans l'âme du peuple. Cela requiert aussi une action durable dans le domaine des explications et des commandements.
C'est seulement lorsque le commandement est passé dans l'âme du peuple qu'il devient possible d'agir en s'appuyant sur lui. Une action non préparée ne provoque qu'effroi et répulsion.

Dans l'avance et dans la retraite il est avantageux d'avoir la persévérance d'un guerrier.

Une nature douce va parfois jusqu'à l'indécision. On ne se sent pas la force d'aller résolument de l'avant. Mille joutes surgissent. Pourtant on n'éprouve pas non plus l'envie de battre en retraite, mais on est ballotté, indécis, de-ci de-là.

Dans un tel cas, une résolution toute militaire est l'attitude juste pour permettre de faire avec décision ce qu'exige l'ordre des choses. Une discipline résolue est de beaucoup préférable au relâchement et à l'indécision.

Six au commencement :
a) Dans l'avance et la retraite il est avantageux d'avoir la persévérance d'un guerrier.
b) « Dans l'avance et la retraite » : la volonté flotte.
Il est avantageux d'avoir la persévérance d'un guerrier ».
On est maître de sa volonté.

Le trait est malléable et tout au bas de l'hexagramme LE DOUX; de là provient l'indécision, Mais en se subordonnant au trait fort placé au-dessus de lui il est soutenu par une discipline militaire.

retour

Neuf à la deuxième place signifie :

Pénétrer sous le lit.
On a besoin de prêtres et de magiciens en grand nombre.
Fortune. Pas de blâme.

Il arrive qu'on ait affaire à des ennemis cachés, à des influences insaisissables qui restent blotties dans les angles les plus obscurs et, de là, exercent un effet de suggestion sur les êtres.

Dans de tels cas. il est nécessaire de poursuivre ces éléments jusque dans les recoins les plus secrets pour établir de quelles influences il s'agit - c'est le rôle les prêtres - et pour les écarter - c'est le rôle des magiciens.

En raison précisément de leur caractère anonyme, ces menées requièrent une énergie particulièrement inlassable qui pourtant trouve sa récompense. Car une fois que de telles influences incontrôlables ont été mises en lumière et stigmatisées, elles perdent leur pouvoir sur les hommes.

Neuf à la deuxième place :
a) Pénétrer sous le lit.
On a besoin de prêtres et de magiciens en grand nombre. Fortune.
Pas de blâme.
b) La fortune du grand nombre provient du fait que l'on atteint le centre.

Le trait est ferme mais central et par suite il indique la fortune. Le trigramme Souen signifie le bois et le trait divisé placé au-dessous figure les pieds, d'où l'image du lit, Le trigramme nucléaire Touei signifie la bouche et le magicien. En se soumettant au maître robuste de l'hexagramme qui est de même nature, le trait est capable d'aider le souverain à diffuser ses ordres, parce qu'il pénètre dans les recoins secrets.

Les prêtres sont les intermédiaires entre les hommes et les dieux; les magiciens servent d'intermédiaires entre les dieux et les hommes. Nous avons ici la pénétration des domaines de l'invisible et du visible, ce qui permet que tout soit en ordre.

retour

Neuf à la troisième place signifie :

Pénétration répétée. Humiliation.

La réflexion pénétrante ne doit pas être poussée trop loin, sinon elle gêne la capacité de décision. Quand une affaire a été examinée à fond, il importe de se décider et d'agir.

Une réflexion répétée mène toujours au doute et, par suite à l'humiliation, car on s'avère incapable d'agir.

Neuf à la troisième place :
a) Pénétration répétée. Humiliation.
b) L'humiliation de la pénétration répétée provient du fait que la volonté s'épuise.

La troisième place joue un rôle d'intermédiaire dans la relation des deux trigrammes Souen: l'un finit, l'autre commence; d'où la pénétration répétée. Le neuf à la troisième place est trop dur et non central.

Bien que son caractère ne convienne pas à la pénétration au cœur des choses, elle n'en est pas moins tentée. Aucun résultat n'est atteint. Tout demeure dans un état d'irrésolution vacillante.

retour

Six à la quatrième place signifie :

Le remords se dissipe.
A la chasse, on prend trois sortes de gibier.

Lorsque les fonctions de responsabilité qu'il exerce et les expériences qu'il a accumulées amènent un homme à combiner la modestie innée avec une activité énergique, il obtient à coup sûr une grande réussite.

Les trois sortes de gibier servent d'offrandes pour les dieux, de présents d'hospitalité pour les hôtes, d'aliments pour l'usage quotidien. Si l'on capturait du gibier à ces trois fins, la chasse était considérée comme particulièrement bonne.

Six à la quatrième place :
a) Le remords se dissipe. A la chasse on prend trois sortes de gibier.
b)« A la chasse on prend trois sortes de gibier. » Cela est méritoire.

Le trigramme Li signifie des armes, d'où la chasse. Le six à la quatrième place est correct, il se soumet au souverain et conduit vers lui les trois traits inférieurs.

De cette manière il acquiert du mérite et détourne le remords qui pourrait être occasionné par un excès de faiblesse.
retour

Neuf à la Cinquième place signifie :

La persévérance apporte la fortune. L'humiliation se dissipe.
Rien qui ne soit avantageux.
Pas de commencement, mais une fin
.Avant le changement, trois jours; après le changement, trois jours. Fortune.

Tandis que dans Kou, " le travail sur ce qui est corrompu" (n° 18), un point de départ entièrement nouveau doit être créé, il s'agit ici seulement d'une réforme.

Le commencement n'était pas bon, mais on est parvenu à un moment où l'on peut prendre une direction nouvelle. Un changement et une amélioration s'imposent. On doit les opérer en observant la constance, c'est-à-dire une disposition correcte et ferme; alors la réussite suivra et le remords se dissipera. Il faut seulement prendre garde que de telles améliorations requièrent une réflexion attentive.

Avant d'accomplir un changement, il est nécessaire d'y réfléchir longuement, et, quand la transformation s'est produite, on doit encore rechercher avec soin pendant un certain temps la manière dont les améliorations se traduisent dans la réalité. Un tel travail fait avec soin est accompagné d'une heureuse fortune.

Neuf à la cinquième place :
a) La persévérance apporte la fortune.
L'humiliation se dissipe. Rien qui ne soit avantageux.
Pas de commencement, mais une fin.
Avant le changement, trois jours; après le changement, trois jours. Fortune.
b) La fortune du neuf à la cinquième place réside dans le fait que la place est correcte et centrale.

Ce trait, qui est le maître de l'hexagramme, est correct et central dans le trigramme supérieur; par suite il est la source de l'influence au moyen des ordres qui est l'action caractéristique de l'hexagramme.

Par opposition à la situation figurée par l'hexagramme Kou « le travail sur ce qui est corrompu » (n° 18), où il est question de compenser ce qui a été gâté par le père et par la mère, ce qui est décrit ici est un travail dans le domaine des affaires publiques.

Un tel travail est symbolisé moins par l'amour qui couvre les défauts que par une justice impartiale, laquelle est symbolisée par l'ouest (métal, automne) auquel est associé le huitième signe cyclique Kong que l'on traduit par changement. Pour donner plus de vigueur aux ordres, il est nécessaire tout d'abord d'abandonner un mauvais commencement, puis d'atteindre une bonne fin, d'où la formule : « Pas de bon commencement, mais une bonne fin. »

Cette sentence est développée par les mots :
« Avant le signe Keng, trois jours; après le signe Keng, trois jours. » Il s'agit donc d'éliminer radicalement quelque chose qui s'est développé sous la forme d'un mauvais commencement. Trois « jours » avant Keng, l'été parvient à son terme. Trois « jours » après Keng, vient l'hiver, la fin de l'année. Par suite, bien que le commencement n'ait pas été réalisé auparavant, la fin du moins peut être obtenue.

Cette situation diffère de celle décrite par l'hexagramme Kou (n° 18), qui se trouve à mi-chemin entre la fin et le commencement.

Neuf en haut signifie :

Pénétration sous le lit.
Il perd ses biens et sa hache.
La persévérance apporte l'infortune.

La connaissance est suffisamment pénétrante. On poursuit les influences mauvaises jusque dans les recoins les plus secrets, mais on n'a plus la force de les combattre de façon décisive.

Dans ce cas, toute tentative pour pénétrer dans ce domaine propre de l'obscurité n'a que des conséquences fâcheuses.

Neuf en haut :
a) Pénétration sous le lit. Il perd ses biens et sa hache.
La persévérance apporte l'infortune.
b)« Pénétration sous le lit ». En haut la fin est arrivée.
« Il perd ses biens et sa hache ». Est-ce bien ? Cela apporte l'infortune.

En pénétrant sous le lit le deuxième trait établit un rapport entre ce qui est au-dessus et ce qui est au-dessous, et ainsi met toutes choses en ordre.

Ici toutefois la pénétration signifie simplement dépendance et instabilité. Ainsi le trait perd ce qu'il possède de fermeté (le trait, fort en lui-même, perd sa force parce qu'il est au sommet de l'hexagramme de la douceur), en même temps que sa hache (le trigramme nucléaire Touei signifie métal), si bien qu'il n'est plus capable d'aucune décision.

La persistance dans une telle attitude est nettement mauvaise.

Bien que l'hexagramme soit caractérisé par les deux traits yin, il n'y a qu'un seul hexagramme féminin, Li « ce qui s'attache », dans lequel les traits yin sont les maîtres parce qu'ils occupent le centre.

Ici les deux traits yin sont les maîtres constituants de l'hexagramme mais ils ne peuvent être regardés comme des maîtres gouvernants.

Le maître gouvernant est plutôt le neuf à la cinquième place, car seul un être occupant une place d'honneur peut « diffuser ses commandements et exécuter ses entreprises ». Par conséquent lorsqu'il est dit dans le Commentaire sur la décision :
« Le ferme pénètre au centre et dans ce qui est correct et sa volonté est accomplie », cela se réfère au cinquième trait.

Le voyageur n'a rien qui puisse le recevoir.
C'est pourquoi vient ensuite l'hexagramme LE DOUX, LE PENETRANT.
Le DOUX Signifie entrer à l'intérieur.
Cela signifie que le voyageur n'a rien ou il puisse demeurer dans son délaissement, et que de là vient Souen, l'hexagramme du retour chez soi.

LE DOUX signifie abaisser.

Le trait obscur est en bas, il s'abaisse au-dessous des traits lumineux, et par la douceur de cette attitude humble il pénètre dans les traits forts.

LE DOUX montre l'exercice du caractère.
Par LE DOUX on est capable de peser les choses et demeurer caché.
Par Le Doux on est capable de prendre des circonstances particulières en considération.

La pénétration douce rend le caractère capable d'influencer le monde extérieur et d'avoir prise sur lui. Car de cette manière on peut comprendre les choses dans leur nature intime sans avoir à se mettre en avant soi-même. C'est en cela que réside la force de l'influence. Dans cette position on est capable de faire les exceptions demandées par l'époque sans être inconséquent.

Parmi les huit trigrammes Souen occupe le sud-est entre le printemps et l'été. Il signifie l'écoulement des choses dans leurs formes; il veut dire baptiser et donner vie.

LE DOUX. Réussite par ce qui est petit
Il est avantageux d'avoir où aller.
Il est avantageux de voir le grand homme.

Pénétration répétée en vue de diffuser les commandements.
Le ferme pénètre au centre et dans ce qui est correct, et sa volonté est accomplie.

Les traits malléables se soumettent tous deux aux fermes; c'est pourquoi il est dit : « Réussite par ce qui est petit ».

Il est avantageux d'avoir où aller. Il est avantageux de voir le grand homme. » Cet hexagramme est constitué par le redoublement du trigramme Souen qui signifie d'une part la douceur, la capacité d'adaptation, et d'autre part la pénétration. Lorsque les ordres sont émis, il est de la plus haute importance qu'ils pénètrent dans la conscience des subordonnés.

Cela se réalise grâce à l'adaptation des ordres à leur faculté de compréhension. Une double pénétration est requise : tout d'abord, la pénétration d'un ordre dans la sensibilité des vassaux, dissipant le mal caché dans des recoins secrets, comme le vent dissipe les nuages; ensuite, une pénétration encore plus profonde jusqu'aux profondeurs de la conscience oïl le bien caché doit être éveillé. Pour obtenir ce résultat les ordres doivent être donnés de façon répétée

Le texte peut être expliqué plus en détail en utilisant la structure de l'hexagramme. Le trait fort qui a pénétré au centre - qui est sa place correcte - est le neuf à la cinquième place; par suite sa volonté est accomplie et il est avantageux d'entreprendre quelque chose. Les traits malléables à la première et à la quatrième place obéissent au robuste maître de l'hexagramme qui se trouve au-dessus d'eux. Par suite le succès est lié au petit, et il est favorisé par la vue du grand homme (le neuf à la cinquième place).

retour

Des vents qui se suivent : image de CE QUI PENETRE DOUCEMENT.
Ainsi l'homme noble diffuse ses commandements et exécute ses entreprises.

Des deux vents le premier disperse les résistances, « diffuse ses commandements », et le second accomplit le travail, « exécute ses entreprises »,

retour