62. La prépondérance du petit

Siao Kouo / Prépondérance du Petit
En haut Tchen : L'Ébranlement, le Tonnerre
En bas Ken : L'Immobilisation, la Montagne

Dans l'hexagramme « La prépondérance du grand » (.n° 28) les traits forts l'emportent et se trouvent placés à l'intérieur, compris entre les deux traits faibles du début et de la fin; ici ce sont les traits faibles également placés à l'extérieur qui prédominent, tandis qu'à l'intérieur sont les traits forts.
C'est là-dessus que repose la situation exceptionnelle décrite par l'hexagramme. Quand les traits forts sont à l'extérieur, nous avons les signes Yi, « L'alimentation » (n° 27), et Tchoung Fou, « La Vérité intérieure » (no 61), qui, tous deux, désignent des situations ne présentant pas de caractère exceptionnel. Si les traits forts situés à l'intérieur prédominent, ils doivent nécessairement tenter de s'imposer.
Il s'ensuit un combat et des conditions exceptionnelles en général. Ici, par contre, l'élément faible est obligé d'assurer les relations avec le monde extérieur. Si l'on se trouve à un poste d'autorité que l'on n'est pas, par nature, de taille à assumer, une prudence extraordinaire est indispensable.

PREPONDERANCE DU PETIT. SUCCES.
La persévérance est avantageuse.
On peut faire de petites choses, on ne peut pas faire de grandes choses.
L'oiseau qui vole apporte le message :
Il n'est pas bon de s'efforcer de monter, il est bon de demeurer en bas.
Grande fortune.

Une humilité et une délicatesse de conscience hors de pair seront sûrement récompensées par le succès. Il importe toutefois que ces attitudes ne constituent pas un formalisme vide et n'émanent pas d'une nature servile, mais qu'elles demeurent liées à la dignité qui convient dans la conduite personnelle, de manière à éviter qu'on ne s'avilisse. On doit comprendre les exigences du moment pour trouver le juste complément des lacunes et des aspects nocifs de l'époque. En tout cas on ne doit pas se laisser bercer de l'idée d'un grand succès, car la force nécessaire pour cela fait défaut.
C'est pourquoi on doit attacher une telle importance au message enjoignant de ne pas tendre vers les réalités élevées, mais de s'en tenir aux plus humbles. Le fait qu'un message est apporté par un oiseau ressort de la forme de l'hexagramme. Les quatre traits forts, lourds, qui se trouvent à l'intérieur et qui, dans "hexagramme n° 28 Ta Kouo fia prépondérance de ce qui est grand), sont supportés par deux traits faibles seulement à l'extérieur, offrent l'image de la poutre faîtière.
Ici les traits légers porteurs sont à l'extérieur et plus nombreux; cela donne l'image de l'oiseau qui plane. Toutefois l'oiseau ne doit pas se montrer présomptueux et vouloir voler jusqu'au soleil, mais il faut qu'il redescende sur la terre où est son nid. Il donne ainsi le message proclamé par l'hexagramme.

Commentaires

PREPONDERANCE DU PETIT. SUCCES.
La persévérance est avantageuse.
On peut faire de petites choses, on ne peut pas faire de grandes choses.
L'oiseau qui vole apporte le message :
Il n'est pas bon de s'efforcer de monter, il est bon de demeurer en bas.
Grande fortune.

Une humilité et une délicatesse de conscience hors de pair seront sûrement récompensées par le succès. Il importe toutefois que ces attitudes ne constituent pas un formalisme vide et n'émanent pas d'une nature servile, mais qu'elles demeurent liées à la dignité qui convient dans la conduite personnelle, de manière à éviter qu'on ne s'avilisse. On doit comprendre les exigences du moment pour trouver le juste complément des lacunes et des aspects nocifs de l'époque. En tout cas on ne doit pas se laisser bercer de l'idée d'un grand succès, car la force nécessaire pour cela fait défaut.
C'est pourquoi on doit attacher une telle importance au message enjoignant de ne pas tendre vers les réalités élevées, mais de s'en tenir aux plus humbles. Le fait qu'un message est apporté par un oiseau ressort de la forme de l'hexagramme. Les quatre traits forts, lourds, qui se trouvent à l'intérieur et qui, dans "hexagramme n° 28 Ta Kouo fia prépondérance de ce qui est grand), sont supportés par deux traits faibles seulement à l'extérieur, offrent l'image de la poutre faîtière.
Ici les traits légers porteurs sont à l'extérieur et plus nombreux; cela donne l'image de l'oiseau qui plane. Toutefois l'oiseau ne doit pas se montrer présomptueux et vouloir voler jusqu'au soleil, mais il faut qu'il redescende sur la terre où est son nid. Il donne ainsi le message proclamé par l'hexagramme.

En volant l'oiseau rencontre l'infortune.

L'oiseau doit demeurer dans son nid jusqu'au moment où ses plumes ont poussé. S'il veut voler trop tôt, il s'attire l'infortune. Des mesures extraordinaires ne doivent être employées que lorsqu'il n'y a plus d'autre ressource.

On doit commencer par se soumettre aussi longtemps que possible aux règles traditionnelles, sinon on s'use et on use son énergie sans parvenir à un résultat.

Six au commencement :
a) En volant, l'oiseau rencontre l'infortune.
b) « En volant l'oiseau rencontre l'infortune ».
Il n'y a rien à faire.

Ce trait est à la place inférieure dans le trigramme Ken, la montagne.

Il devrait demeurer immobile, mais comme, suivant la signification de l'hexagramme, le petit est prépondérant, et puisqu'il existe une relation secrète entre lui et le neuf à la quatrième place, il ne souffre pas d'être retenu, mais cherche à prendre son essor, comme un oiseau qui vole.

En agissant ainsi il se met délibérément en danger, car si un oiseau s'envole quand c'est le moment pour lui de rester immobile, il est sûr de tomber entre les mains des chasseurs.

retour

Six à la deuxième place signifie :

Elle passe devant son aïeul et rencontre son aïeule.
Il n'atteint pas son prince et rencontre le fonctionnaire.
Pas de blâme.

Ici sont mentionnés deux cas exceptionnels : dans le temple des ancêtres où les générations sont alternées, le petit-fils se tient du même côté que le grand-père; c'est pourquoi c'est avec celui-ci qu'il a les relations les plus étroites.

Ici est montrée la femme du petit-fils qui, au cours du sacrifice, dépasse l'aïeul et se tourne vers l'aïeule. Cette attitude extraordinaire est cependant une expression de sa modestie. Elle se hasarde plutôt à se présenter devant l'aïeule parce qu'elle se sent apparentée à elle par le sexe; c'est pourquoi cette entorse à la règle n'est pas une faute.

L'autre image est celle du fonctionnaire qui, conformément au protocole, demande d'abord audience auprès de son prince. Toutefois, s'il ne le rencontre pas, il ne cherche à rien obtenir de force, mais accomplit correctement et consciencieusement son devoir en se rangeant parmi les fonctionnaires.

Là encore, cette réserve extraordinaire justifiée par des circonstances exceptionnelles n'est pas une faute. (La règle veut que tout fonctionnaire soit d'abord reçu en audience par le prince qui l'a engagé. Ici l'engagement a été fait par le ministre.)

Six à la deuxième place :
a) Elle passe devant son aïeul et rencontre son aïeule.
Il n'atteint pas son prince et rencontre le fonctionnaire.
Pas de blâme.
b) « Il ne rencontre pas son prince. »
Le fonctionnaire ne devrait pas désirer dépasser (son prince).

Le neuf à la troisième place est le père, le neuf à la quatrième place, le grand-père, le six à la cinquième place, la grand-mère. La relation de conformité relie le présent trait au six à la cinquième place.

Toutefois, comme on suppose dans cet hexagramme que le petit passe et surmonte le grand et qu'en outre le six à la cinquième place est le maître de l'hexagramme, l'image retenue est celle de l'aïeule.

A un autre point de vue ce trait représente un fonctionnaire qui ne surpasse pas le prince malléable, le six à la cinquième place, parce qu'il est lui-même malléable de nature. Au neuf à la troisième place il rencontre un fonctionnaire auquel il est uni par la relation d'entraide.

retour

Neuf à la troisième place signifie :

Si tu n'es pas extrêmement prudent, quelqu'un peut venir par derrière et te frapper.
Infortune.

Il est des moments où une prudence extraordinaire est absolument indispensable. Mais c'est précisément dans de telles situations que des personnalités directes et fortes dédaignent de prendre des précautions, tenant une telle attitude pour mesquine. Elles préfèrent suivre leur chemin, fières et insouciantes.

Mais cette confiance en soi est source de déception. Il existe des dangers qui s'approchent par derrière et auxquels on n'est pas capable de parer.

Toutefois il ne s'agit pas d'un danger auquel on serait exposé sans recours: on peut l'éviter si l'on comprend la situation du moment, qui demande que l'on se tourne avec une application exceptionnelle vers les choses petites et insignifiantes.

Neuf à la troisième place :
a) Si tu n'es pas extrêmement prudent, quelqu'un peut venir par derrière et te frapper.
Infortune.
b) « Quelqu'un peut venir par derrière et le frapper ». Quelle infortune !

Le trait est fort, sans doute, mais le six à la seconde place est dans une position plus favorable, parce qu'il n'est pas seulement central, mais qu'en outre il est le maître de l'hexagramme.

Le neuf à la troisième place, étant au sommet du trigramme primaire Ken, peut se préserver des accidents imprévus. S'il manque à le faire, il peut s'ensuivre un désastre.

retour

Neuf à la quatrième place signifie :

Pas de blâme. Sans passer devant lui, il le rencontre.
Entrer amène le danger.
Il faut être sur ses gardes.
N'agis pas.
Sois constamment persévérant.

La dureté du caractère est adoucie par la malléabilité de la position i, si bien que l'on ne commet pas de faute.

On se trouve dans une situation où l'on doit se montrer extrêmement réservé. On ne doit rien entreprendre de soi-même pour atteindre ce que l'on désire. Et si l'on voulait entrer pour parvenir de force à son but, on se mettrait en danger.

C'est pourquoi il faut être sur ses gardes et ne pas agir, mais conserver constamment la persévérance intérieure.

Neuf à la quatrième place :
a) Pas de blâme. Sans passer devant lui il le rencontre.
Entrer amène le danger. Il faut être sur ses gardes.
N'agis pas. Sois constamment persévérant.
b) « Sans passer devant lui il le rencontre ».
La place n'est pas celle qui convient.
« Aller amène le danger. Il faut être sur ses gardes ».
On ne doit à aucun prix continuer ainsi.

La force du neuf à la quatrième place est atténuée par la faiblesse de la place. C'est la place du ministre.

Il ne cherche pas à surpasser son prince, mais il le rencontre, de sorte que tout va bien. Toutefois, en tant que maître du trigramme supérieur Tchen, le trait est trop enclin à se laisser entraîner à un mouvement excessif, ce qui serait dangereux. D'où la mise en garde contre l'action.

retour

Six à la Cinquième place signifie :

Nuages épais, pas de pluie de notre domaine de l'ouest.
Le prince tire et atteint celui qui est dans la caverne.

Parce qu'on a ici une position élevée, l'image de l'oiseau qui vole est devenue celle des nuages qui volent. Mais, si épais que soient les nuages, ils poursuivent leur cours dans le ciel et ne répandent pas de pluie. Ainsi, aux époques exceptionnelles, il peut exister un souverain-né qui a vocation pour établir l'ordre dans le monde et qui pourtant demeure impuissant, car il est seul et ne trouve pas d'auxiliaires.

Un de tels moments il faut rechercher des assistants avec lesquels on pourra accomplir l'œuvre. Mais ces assistants doivent être recherchés humblement, dans le secret où ils se sont retirés. Ce n'est pas la réputation ou les grands noms qui comptent alors, mais les réalisations effectives.

Grâce à une telle humilité on trouve l'homme convenable et l'on peut mener à bien l'œuvre exceptionnelle, malgré toutes les difficultés.

Six à la cinquième place :
a) Nuages épais, pas de pluie de notre domaine de l'ouest.
Le prince tire et atteint celui qui est dans la caverne.
b) « Nuages épais, pas de pluie » : il est déjà en haut.

L'oracle « Nuages épais, pas de pluie » apparaît également dans « Le pouvoir d'apprivoisement du petit » (n° 9) qui traite d'une situation assez analogue. Toutefois, dans ce cas, c'est le trait fort au sommet qui finit par provoquer la condensation des nuages pour qu'ils retombent en pluie.

Ici, où le petit dépasse le grand, le six à la cinquième place est monté trop haut. Il n'a pas au-dessus de lui de trait fort qui puisse condenser les nuages. Le trigramme Touei est à l'ouest. Il signifie également le métal, d'où l'image de tirer.

L'homme dans la caverne est le six à la deuxième place. Le mot qui signifie tirer indique le fait de tirer avec une flèche attachée à un fil de manière à ramener à soi le gibier abattu. La connexion provient du fait que ce trait et le six à la deuxième place sont en relation de similitude.

Six en haut signifie :

Il le dépasse sans le rencontrer.
L'oiseau qui vole le quitte. Infortune.
Cela signifie malheur et dommage.

Si l'on tire au-dessus du but, on ne peut pas l'atteindre.

Si l'oiseau ne veut pas gagner son nid, mais vole toujours plus haut, il tombe finalement dans le filet du chasseur.

Celui qui, aux époques exceptionnelles où prédomine ce qui est petit, ne sait pas se contenir, mais, agité, veut toujours aller plus loin, celui-là s'attire le malheur de la part des dieux et des hommes, car il s'éloigne de l'ordre naturel.

Six en haut :
a) Il le dépasse sans le rencontrer.
L'oiseau qui vole le quitte. Infortune.
Cela signifie malheur et dommage.
b) « Il le dépasse sans le rencontrer ». Il est déjà arrogant.

Le six au sommet est en réalité en relation de correspondance avec le neuf à la troisième place, mais en un temps où le petit surpasse le grand cette relation ne joue pas.

Le six au sommet est uniquement dirigé vers le haut.

C'est ainsi que l'image de l'oiseau réapparaît. Dans le cas du six au commencement le désastre provenait de l'impatience; ici il résulte du fait que le trait est trop haut, trop arrogant, et qu'il se refuse à descendre. La conséquence est qu'il perd son chemin, quitte les autres et attire sur lui un désastre qui vient à la fois des dieux et des hommes.

Les maîtres de l'hexagramme sont le deuxième et le cinquième traits, parce qu'ils sont malléables et occupent le centre. Ils sont à une époque où une transition s'impose sans aller trop loin.

Quand on a la confiance des créatures on les met en mouvement.
C'est pourquoi vient ensuite l'hexagramme de LA PREPONDERANCE DU PETIT

LA PREPONDERANCE DU PETIT Signifie Une transition.

Les souverains fendirent un morceau de bois et en firent un pilon.
Ils creusèrent la terre pour faire un mortier.
L'usage du pilon et du mortier fut profitable à tous les hommes.
Ils tirèrent sans doute cette invention de l'hexagramme : LA PREPONDERANCE DU PETIT.

Il n'est pas possible de donner du chinois kouo une traduction qui en rende tous les sens secondaires. Il signifie passer, d'où l'idée d'excès, de prépondérance; en fait, il veut dire tout ce qui résulte de ce qui dépasse la mesure.

L'hexagramme traite d'états de transition, de conditions sortant de l'ordinaire. Il est construit de telle sorte que les éléments malléables sont à l'extérieur.

Lorsqu'avec une telle structure les traits forts prédominent, on a l'hexagramme LA PREPONDERANCE Du GRAND (n° 28), mais lorsque les traits faibles sont en majorité, il en résulte l'hexagramme LA PREPONDERANCE Du PETIT. Les trigrammes nucléaires de cet hexagramme reproduisent les trigrammes primaires de LA PREPONDERANCE Du GRAND. Le présent hexagramme est l'inverse du précédent.

PREPONDERANCE DU PETIT. SUCCES.
La persévérance est avantageuse.
On peut faire de petites choses, on ne peut pas faire de grandes choses.
L'oiseau qui vole apporte le message : il n'est pas bon de s'efforcer de monter.
Il est bon de demeurer en bas.
Grande fortune.

PREPONDERANCE DU PETIT. Le petit domine et a du succès.
Etre favorisé dans le passage par la persévérance, cela signifie aller avec l'époque.
Le malléable parvient au centre, par suite, fortune dans les petites choses.
Le ferme a perdu sa place et n'est pas au centre :
par suite on ne doit pas faire de grandes choses.
L'hexagramme a la forme d'un oiseau qui vole.
« L'oiseau qui vole apporte le message : il n'est pas bon de s'efforcer de monter.
Il est bon de demeurer en bas. Grande fortune ».
S'efforcer de monter est de la révolte, s'efforcer de descendre est de l'abandon.

Aux époques exceptionnelles des mesures exceptionnelles sont nécessaires pour rétablir l'ordre normal. Le fait souligné ici est que l'époque demande une retraite qui peut paraître excessive.

C'est une époque qui rappelle celle du roi Wen et du tyran Tchou Sin : pour exagérée qu'elle paraisse, la retraite est exactement ce que requiert le moment.

La prépondérance du petit est indiquée par le fait que les traits malléables, c'est-à-dire petits, occupent les places centrales et sont ainsi les maîtres de l'hexagramme, tandis que les traits forts ont été expulsés des positions-clés de l'extérieur et ramenés à l'intérieur, sans pourtant occuper des places centrales.

LA PREPONDERANCE DU GRAND est Comme une poutre : le danger qu'elle court provient de son poids excessif; c'est pourquoi elle a besoin d'être supportée au centre par-dessous.

LA PREPONDERANCE Du PETIT est comme un oiseau : le danger pour elle est de monter trop haut et de perdre le sol sous ses pieds.

retour

Le tonnerre est sur la montagne : image de la PREPONDERANCE DU PETIT.
Ainsi l'homme noble donne dans sa conduite la prédominance au respect, dans le deuil il donne la prédominance au chagrin, dans ses dépenses il donne la prédominance à l'économie.

Le tonnerre montant de la plaine vers les hauteurs devient, dans ce passage, Se plus en plus faible.

De là est tirée l'idée de poids excessif, l'idée que l'on en fait un peu trop dans la bonne direction. Car c'est précisément en en faisant un peu trop dans la direction du petit que l'on atteint le but. C'est ainsi que nous trouvons le degré juste de respect dans notre conduite, le degré juste de chagrin à des funérailles, le degré juste d'économies dans les dépenses. La conduite est suggérée par le trigramme supérieur, Tchen, le mouvement, et les funérailles par la position des trigrammes nucléaires Touei, le lac, au-dessus de Souen, le bois (comparer le n° 28 où l'idée d'obsèques est représentée par la même combinaison).

La mesure observée dans les dépenses est suggérée par le trigramme Ken, la montagne, qui indique la limitation.

retour