18. Le travail sur ce qui est corrompu

Kou / Le Travail sur ce qui est corrompu
En haut Ken : L'Immobilisation, la Montagne
En bas Souen : Le Doux, le Vent

Le caractère chinois Kou représente un plat dans le contenu duquel croissent des vers. C'est la représentation de ce qui est corrompu.
Cela est provenu de ce que la douce indifférence du trigramme inférieur s'est unie à la rigide inertie du trigramme supérieur, si bien que les conditions ont dégénéré en stagnation. Puisqu'on se trouve là devant un état de choses qui laisse à désirer, la situation contient en même temps ce qui est nécessaire pour y mettre fin.
C'est pourquoi l'hexagramme ne signifie pas simplement :
« ce qui est corrompu », mais « ce qui est corrompu, en tant que tâche » ou « le travail sur ce qui est corrompu ».

LE TRAVAIL SUR CE QUI EST CORROMPU possède une sublime réussite.
Il est avantageux de traverser les grandes eaux.
Avant le point de départ, trois jours.
Après le point de départ, trois jours.
Ce qui est corrompu par la faute des hommes peut être réparé par le travail des hommes.
Ce n'est pas un destin irrévocable, comme à l'époque de la stagnation (n° 12), mais une conséquence d'un mauvais usage de la liberté humaine, qui a causé l'état de corruption.
Si le travail d'amélioration a de fortes chances de réussir, c'est qu'il est en harmonie avec les possibilités de l'heure. Il faut seulement éviter de reculer d'effroi devant le travail et le danger - symbolisé par la traversée des grandes eaux -, mais les empoigner énergiquement.
La réussite a toutefois pour condition préalable la réflexion correcte. Cela s'exprime dans la sentence : « Avant le point de départ, trois jours. Après le point de départ, trois jours ». On doit connaître les causes qui ont provoqué la corruption avant de pouvoir y remédier: d'où, attention à l'époque qui précède le point de départ. Il faut en outre veiller à s'engager de façon sûre dans la voie nouvelle de manière à éviter la rechute : d'où, attention après le point de départ.
A l'indifférence et l'inertie qui ont provoqué la corruption doivent se substituer la résolution et l'énergie pour qu'à la fin apparaisse un nouveau commencement.

Au pied de la montagne souffle le vent : image de la corruption.
Ainsi l'homme noble remue le peuple et fortifie son esprit.

Quand le vent souffle au pied de la montagne il est refoulé et gâte les plantes. Cela réclame une amélioration. Il en va de même des dispositions et des modes de mauvais aloi : elles introduisent la corruption dans la société humaine.
Pour écarter ce mal, l'homme noble doit renouveler la société. Les méthodes à employer pour cela sont également empruntées aux deux trigrammes du signe et découlent du simple fait que les effets respectifs de ceux-ci se déploient harmonieusement les uns par rapport aux autres.
Le sage doit mettre fin à la stagnation en remuant l'opinion courante (comme le vent agit en remuant les êtres); alors le caractère du peuple se fortifie et s'apaise (comme montagne offre le repos et la nourriture à tout ce qui croît autour d'elle).

Neuf en haut
Six à la cinquième place
Six à la quatrième place
Neuf à la troisième place
Neuf à la deuxième place
Six au commencement

Six au commencement signifie :

Réparer ce qui a été corrompu par le père.
Quand un fils est présent, aucun blâme ne demeure sur le père défunt.
Danger. A la fin, fortune.

L'immobilité rigide dans ce qui a été réalisé a eu pour conséquence la corruption. Mais celle-ci n'est pas encore profondément enracinée, c'est pourquoi il est encore aisé d'y porter remède.

C'est comme lorsqu'un fils répare la corruption que son père avait laissé s'introduire. Il ne demeure alors aucun blâme sur le père.

Mais on ne doit pas négliger le danger et prendre les choses trop à la légère. Ce n'est que si l'on est conscient du danger lié a toute réforme qu'à la fin tout va bien.

Six au commencement :
Réparer ce qui a été corrompu par le père.
Quand il existe un fils, aucun blâme ne demeure sur le père défunt.
Danger. A la fin, fortune.
« Réparer ce qui a été corrompu par le père ».
Il reçoit dans ses pensées le père défunt.

Si le premier trait et le trait supérieur se transforment, l'hexagramme devient T'ai, LA PAIX, où le père, K'ien, est au-dessous et la mère, K'ouen, au-dessus. D'où l'idée qui revient d'améliorer ce qui a été corrompu par le père ou la mère.

Le trait se trouve dans un rapport interne de réception face au neuf fort à la deuxième place

Neuf à la deuxième place signifie :

Réparer ce qui a été corrompu par la mère.
On ne doit pas être trop persévérant.

Il s'agit d'une faute où la corruption a été provoquée par la faiblesse.

De là le symbolisme de ce qui a été corrompu par la mère. Il est alors nécessaire d'avoir certains égards, une certaine délicatesse en portant remède.

On ne doit pas se montrer trop cassant afin de ne pas blesser par de la brusquerie.

Neuf à la deuxième place :
Réparer ce qui a été corrompu par la mère.
On ne doit pas être trop persévérant.
« Réparer ce qui a été corrompu par la mère ».
Il trouve le juste milieu.

Ce trait est fort et central : en outre il est situé au commencement du trigramme nucléaire Touei, et donc joyeux.

Puisque ce trait est en relation de correspondance avec le six faible à la cinquième place, qui représente la mère, la force ne doit pas être poussée à l'extrême par une persévérance trop obstinée.

retour

Neuf à la troisième place signifie :

Réparer ce qui a été corrompu par le père.
Cela provoquera un peu de remords.
Pas de blâme considérable.

L'oracle montre ici quelqu'un qui procède avec un peu trop d'énergie en portant remède aux fautes du passé.

Il naîtra alors sûrement de temps à autre de petits ennuis et de petits désaccords. Mais mieux vaut un excès qu'un défaut d'énergie. Même si l'on a alors un peu à rougir, on demeure exempt de tout blâme sérieux.

Neuf à la troisième place :
Réparer ce qui a été corrompu par le père.
cela provoquera un peu de remords. Pas de blâme considérable.
« Réparer ce qui a été corrompu par le père ».
A la fin il n'y a pas de blâme.

Ce trait se trouve au commencement du trigramme nucléaire Tchen, le fils aîné, d'où l'image du travail sur ce qui a été corrompu par le père.

Le trait est trop fort pour se trouver à la place forte de transition. C'est pourquoi on pourrait penser que la situation conduit à des fautes, mais ce risque est ici compensé par une bonne intention

retour

Six à la quatrième place signifie :Supporter ce qui a été corrompu par le père.
En continuant on voit l'humiliation.

Ici est montrée la situation où, par faiblesse, on ne s'oppose pas à la corruption, fruit du passé, qui se déclare maintenant, mais où on la laisse suivre son cours. Si l'on continue ainsi, il s'ensuivra une humiliation.

Six à la quatrième place :
Supporter ce qui a été corrompu par le père.
En continuant on voit l'humiliation.
« Supporter ce qui a été corrompu par le père ».
Il va, mais ne trouve rien encore.

Ce trait est particulièrement faible et placé au sommet du trigramme nucléaire Touei, le joyeux.

Dans cette situation on ne gagnera rien en laissant flotter les choses.

retour

Six à la Cinquième place signifie :

Réparer ce qui a été corrompu par le père.
On rencontre l'éloge.

On se trouve en présence d'une corruption née de la négligence des époques passées. On ne possède pas la force d'y remédier seul. Toutefois on rencontre des auxiliaires de talent avec l'appui desquels on peut provoquer, sinon un renouveau créateur, du moins une réforme profonde, ce qui est également digne d'éloge.

Six à la cinquième place signifie :
Réparer ce qui a été corrompu par le père.
On rencontre l'éloge.
« Réparer ce, qui a été corrompu par le père.
On rencontre l'éloge ». Il le reçoit vertueusement.

Ce trait est central, à la place d'honneur et malléable, et par conséquent très propre à redresser les fautes du passé avec indulgence, mais aussi avec énergie.

Neuf en haut signifie :

Il ne sert pas des rois et des princes.
Il se fixe des buts supérieurs.

Tous les hommes ne sont pas tenus de se mêler aux affaires du monde. Il en est aussi qui sont parvenus à un tel degré d'évolution intérieure qu'ils ont le droit de laisser l'univers suivre son cours sans se mêler à la vie politique pour la réformer.

Cependant cela ne veut pas dire qu'ils doivent se tenir inactifs ou observer une attitude purement critique. Seul le fait de travailler dans sa propre personne aux buts supérieurs de l'humanité justifie une pareille retraite.

Car même lorsque le sage se tient éloigné des agitations quotidiennes, il continue de créer des valeurs humaines incomparables pour l'avenir

Neuf au sommet signifie :
Il ne sert pas des rois et des princes.
Il se fixe des buts supérieurs.
« Il ne sert pas des rois et des princes ». Une telle attitude peut être prise pour modèle.

Ce trait est au sommet et au point culminant du trigramme j Ken, la montagne. Par conséquent il ne sert pas le roi à la cinquième place, mais vise plus haut. Il ne travaille pas pour une période, mais pour le monde et pour tous les temps.

Le maître de l'hexagramme est le six à la cinquième place; en effet, bien que tous les traits soient occupés à réparer ce qui a été corrompu, c'est seulement à la cinquième place que l'ouvrage est complété.

C'est pourquoi tous les autres traits sont accompagnés d'avertissements, tandis qu'il est dit seulement du cinquième : « On rencontre l'éloge ».

Quand on en suit d'autres avec plaisir, il existe à coup sûr des entreprises.
C'est pourquoi vient ensuite l'hexagramme : LE TRAVAIL SUR CE QUI EST CORROMPU.
Le travail sur ce qui est corrompu signifie des entreprises.

LE TRAVAIL SUR CE QUI EST CORROMPU. Ensuite l'ordre existe.

La structure de l'hexagramme n'est pas favorable.

Le pesant Ken est au-dessus; au-dessous se trouve Souen le doux, le nonchalant, la fille aînée qui est reliée au plus jeune fils. Toutefois cette stagnation n'est pas permanente ou inéchangeable.

Les trigrammes nucléaires manifestent une autre tendance. Tchen sort de Touei; tous deux ont un mouvement dirigé vers le haut et entreprennent le travail d'amélioration avec énergie et gaieté. Cet hexagramme est l'inverse du précédent du précédent.

LE TRAVAIL SUR CE QUI EST CORROMPU possède une sublime réussite.
Il est avantageux de traverser les grandes eaux.
Avant le point de départ, trois jours.
Après le point de départ, trois jours.

Le ferme est au-dessus et, au-dessous, le malléable, doux et immobile : ce qui a été corrompu.
"LE TRAVAIL SUR CE QUI EST CORROMPU possède une sublime réussite" et le monde s'ordonne.
« Il est avantageux de traverser les grandes eaux ».
En allant on aura des choses à faire.
« Avant le point de départ trois jours. Après le point de départ trois jours ».
Qu'un nouveau commencement suive chaque fin, c'est là le cours du ciel.

Le nom de l'hexagramme s'explique par sa structure et les attributs des trigrammes. L'hexagramme précédent est ici renversé : la force vigoureuse tendant vers le haut est au-dessus, et la force faible et descendante est au-dessous.

Ainsi les mouvements divergent et les relations font défaut.

Les attributs du trigramme sont la faiblesse intérieure, le flottement doux et irrésolu, et, à l'extérieur, l'inaction. Cela mène à la corruption.

En même temps toutefois quelque chose d'ainsi corrompu impose la tâche de travailler sur lui avec la perspective du succès. Par le travail sur ce qui est corrompu le monde est mis en ordre une fois encore. Mais quelque chose doit être entrepris. La traversée des grandes eaux est suggérée par le trigramme inférieur qui signifie le bois (donc une embarcation) et le vent (donc le progrès), et par le trigramme nucléaire inférieur Touei, le lac.

La phrase « avant le point de départ signifie littéralement « avant le signe Kia . Le trigramme Tchen à l'est, signifie le printemps et l'amour, et le signe cyclique i Kia (avec Yi) est tout proche de lui. Kia est le « point de départ ». Avant les trois mois du printemps dont les jours pris ensemble sont appelés Kia (et Yi) on a l'hiver; les choses du passé parviennent ici à leur terme. Après les mois de printemps vient l'été : du printemps à l'été, c'est le nouveau commencement. Les mots « Avant le signe Kia, trois jours. Après le signe Kia, trois jours sont ainsi expliqués par les paroles du commentaire : « Un nouveau commencement suivant chaque fin, c'est là le cours du ciel .

Puisque des conditions intérieures constituent le thème de cet hexagramme, à savoir, le travail sur ce qui a été gâté par les parents, l'amour doit l'emporter et en même temps se répandre. (Voir le n° 57, Souen, le doux.)


Une autre explication est suggérée par la disposition des trigrammes dans l'ordre intérieur au monde.

Le point de départ Kia est Tchen. Trois trigrammes plus bas, nous arrivons au trigramme K'ien, le créateur; en avançant de trois trigrammes nous parvenons à K'ouen, le réceptif. K'ien et K'ouen sont le père et la mère, et l'hexagramme s'applique au travail sur ce qui a été corrompu par l'un et l'autre.

Au pied de la montagne souffle le vent : image de la corruption.
Ainsi l'homme noble remue le peuple et fortifie son esprit.

Le vent soufflant vers le bas de la montagne provoque la corruption.

Mais le mouvement inverse montre le travail sur ce qui a été corrompu. Tout d'abord on a le vent sous l'influence de Tchen, l'éveilleur, qui remue les choses; puis vient la montagne unie au lac qui entretient joyeusement l'esprit des hommes et le nourrit.

retour

retour en haut