19. L'approche

Lin / L'Approche
En haut K'ouen : Le Réceptif, la Terre.
En bas Touei : Le Joyeux, le Lac.

Le mot chinois Lin possède une série de significations qu'un seul terme français ne peut épuiser. Les anciennes explications du Livre des Transformations indiquent comme premier sens: « grandir ». Ce qui grandit, ce sont les deux traits forts qui poussent dans l'hexagramme à partir du bas. Avec eux la force lumineuse prend de l'expansion.
De là on passe à l'idée d'approche, à savoir, approche de ce qui est fort, de ce qui est supérieur, par rapport à ce qui est bas. On a alors enfin le sens de condescendance d'un homme supérieur envers le peuple et celui de mise en route des affaires. L'hexagramme est rattaché au douzième mois (janvier-février), car après le solstice d'hiver la force lumineuse est conçue comme étant en ascension.

L'APPROCHE possède une sublime réussite.
La persévérance est avantageuse.
Lorsque vient le huitième mois, c'est l'infortune.

L'hexagramme dans son ensemble indique une ère de progrès pleine d'espérance joyeuse. Le printemps va venir.
La joie et la facilité d'humeur rapprochent l'un de l'autre le haut et le bas. Le succès est assuré. Le caractère favorable de l'époque y suffit. Une chose encore : le printemps n'est pas éternel. Au huitième mois, les aspects se sont inversés. Il ne reste plus que deux traits forts qui n'avancent pas, mais reculent (cf. l'hexagramme suivant). Il convient de réfléchir en temps opportun à ce revirement.
Si l'on prévient le mal avant qu'il se soit manifesté et même avant qu'il ait seulement commencé à poindre, alors on s'en rendra maître

Au-dessus du lac est la terre : image de l'APPROCHE.
Ainsi l'homme noble est inépuisable dans son dessein d'enseigner et sans limites pour supporter et protéger le peuple. La terre limite d'en haut le lac; c'est l'image de l'approche et de la condescendance de l'homme supérieur envers ceux qui se tiennent au fond.
L'application de l'hexagramme à ces deux catégories d'êtres découle de chacune de ses parties. De même que le lac indique une profondeur inépuisable, le sage est inépuisable dans sa disposition à instruire les hommes; et de même que la terre est vaste et sans limites et qu'elle supporte et conserve toutes les créatures, ainsi le sage supporte et conserve les hommes, sans exclure une partie de l'humanité par des limites de quelque nature que ce soit

Six en haut
Six à la cinquième place
Six à la quatrième place
Six à la troisième place
Neuf à la deuxième place
Neuf au commencement

Neuf au commencement signifie :

Approche en commun. La persévérance apporte la fortune.

Le bien commence à percer et trouve bon accueil aux postes d'influence. De là l'impulsion s'efforce d'atteindre les hommes de valeur. On peut alors se joindre à la marche en avant.

Il faut seulement veiller à ne pas se perdre dans le courant de l'époque et à demeurer constant dans la bonne direction; cela apporte la fortune.

Neuf au commencement signifie :
Approche en commun. La persévérance apporte la fortune.
« Approche en commun. La persévérance apporte la fortune. » La volonté est d'agir correctement.

Ce trait s'avance conjointement avec le second, d'où « approche en commun ». Le mot « en commun » contient l'idée d'émulation, d'influence.

Après avoir été appelé dans l'hexagramme, ce premier trait cherche à influencer le trait faible à la deuxième place . Mais sa volonté est d'agir correctement puisqu'il est fort à une place forte.

retour

Neuf à la deuxième place signifie :

Approche en commun. Fortune. Tout est avantageux.

On se trouve dans la situation d'être incité d'en haut à s'approcher et, parce que l'on possède en soi la force et la logique qui n'ont pas besoin d'admonition, on obtient la fortune. Même l'avenir ne doit pas être cause de souci.

On sait bien que tout ce qui est terrestre est passager et que toute ascension est suivie d'une descente; mais on ne se laisse pas égarer par ce destin universel. Tout est avantageux. C'est pourquoi on marchera sur le chemin de la vie rapidement, bravement et hardiment.

Neuf à la deuxième place :
Approche en commun. Fortune.
Tout est avantageux.
« Approche en commun. Fortune. Tout est avantageux. » On n'a pas besoin de céder au destin.

Il est ici rappelé à propos du maître supérieur de l'hexagramme que, tout comme l'ascension conjointe des deux traits forts a son fondement dans le destin, ce même destin amène également avec lui, en son temps, la régression.

Mais comme un mouvement dirigé vers le haut naît au moment voulu, conformément au trigramrne nucléaire Tchen, ce mouvement est assez fort pour réagir contre le destin, même si les conséquences de ce dernier avaient commencé de se faire sentir avant que ces précautions soient prises.

retour

Six à la troisième place signifie :

Approche commode. Rien qui ne soit avantageux.
Si l'on est amené à se désoler à ce sujet, on devient exempt de blâme.

On va joyeusement de l'avant.

On parvient au pouvoir et à l'influence. Mais cela dissimule le risque que l'on ne se relâche et que, confiant dans sa situation, on ne laisse apparaître ce sentiment d'aisance et d'insouciance dans ses rapports avec les hommes.

Cela est fâcheux à tous points de vue. Cependant la possibilité est fournie d'un changement de dispositions. Si l'on éprouve du chagrin de son attitude défectueuse et si l'on a le sentiment de la responsabilité qu'entraîne un poste influent, alors on s'affranchit des fautes.

Six à la troisième place :
Approche commode. Rien qui ne soit avantageux. Si l'on est amené à se désoler à ce sujet, on devient exempt de blâme.
« Approche commode ». La place n'est pas celle qu'il faut.
Une faute qui amène le chagrin ne dure pas longtemps.

Le troisième trait se trouve au comble de la joie, d'où approche commode.

Sa place n'est pas la juste place. Il est faible à une place forte et, par suite, rien n'est avantageux,

Mais le trait se tient également au centre du trigramme nucléaire Tchen qui signifie l'ébranlement et la frayeur, et donc la possibilité de remords. En tant qu'il en découle un mouvement - ce qui est également le caractère de Tchen - la faute est surmontée.

retour

Six à la quatrième place signifie :

Approche parfaite. Pas de blâme.

Tandis que les trois traits d'en bas désignent l'ascension vers le pouvoir et l'influence, les trois traits d'en haut montrent l'attitude du supérieur à l'égard des inférieurs auxquels il ménage de l'influence.

Ici est montrée l'approche parfaite et sans préjugés d'un homme supérieur vers un homme de talent qu'il attire dans sa sphère, sans prévention de caste. Cela est très favorable.

Six à la quatrième place :
Approche parfaite. Pas de blâme.
« Approche parfaite. Pas de blâme », car la place est celle qu'il faut. On a ici l'approche la plus étroite entre le trigramme supérieur et le trigramme inférieur. La place est celle qu'il faut : trait faible à une place faible. Ce trait est en correspondance avec le neuf initial.
retour

Six à la Cinquième place signifie :

Sage approche. Cela est bon pour un grand prince.
Fortune.

Un prince ou quiconque occupe une position dirigeante doit avoir la sagesse d'attirer dans son entourage des hommes de valeur et experts à diriger. Sa sagesse consiste aussi bien à savoir choisir les hommes qu'il faut qu'à laisser faire ceux qu'il a choisis sans s'immiscer lui-même dans les affaires.

Ce n'est en effet que par une telle réserve qu'il trouvera, en toutes circonstances, les gens nécessaires pour y faire face de façon adéquate.

Six à la cinquième place :
Sage approche. Cela est bon pour un grand prince. Fortune.
Par ce qui est bon pour un grand prince, on entend le fait qu'il doit marcher au milieu.

La sagesse consiste en ce que le trait faible est à la place centrale du maître et qu'il apprécie l'homme fort et vertueux à la deuxième place, avec lequel il est en correspondance.

La marche au centre qui leur est commune est le lien qui les réunit.

Six en haut signifie :

Approche magnanime. Fortune. Pas de blâme.

Un sage qui a vaincu le monde et qui, intérieurement, en a terminé avec la vie, peut, dans certains cas, se trouver amené à rentrer encore une fois dans ce bas monde et à s'approcher des hommes. C'est là une grande fortune pour les hommes auxquels il confère son enseignement et son aide. Mais en ce qui le concerne, également, cet abaissement magnanime ne donne lieu à aucun blâme.

Six en haut signifie :
Approche magnanime. Fortune. Pas de blâme.
« Approche magnanime. » La volonté est dirigée vers l'intérieur.

On pourrait penser à première vue que le six à la place supérieure, qui n'a pas de correspondance, se retire du groupe des autres traits.

Mais au temps de l'approche il se dirige vers l'intérieur, c'est-à-dire vers le bas, si bien qu'il demeure en rapport avec les autres traits de l'hexagramme.

Les maîtres de l'hexagramme sont le neuf au commencement et le neuf à la deuxième place dont le Commentaire sur la décision dit : « Le ferme pénètre et croît ».

Lorsqu'il y a des choses à faire, on grandit. C'est pourquoi vient ensuite l'hexagramme de L'APPROCHE. L'approche signifie grandir.

L'APPROCHE. L'approche signifie grandir.
La connexion des hexagrammes entre eux La signification des hexagrammes L'APPROCHE et LA CONTEMPLATION est que pour Une part ils donnent et pour une part ils prennent.

L'organisation de cet hexagramme est pleinement favorable.

Les deux traits entrant par-dessous et exerçant une poussée vers le haut donnent son caractère à la structure du signe.

Touei au-dessous se meut vers le haut, tandis que le trigramme supérieur K'ouen s'enfonce; ainsi les deux mouvements sont dirigés l'un vers l'autre. Il en va pareillement des trigrammes nucléaires, et même dans une plus large mesure.

Le trigramme inférieur Tchen est le tonnerre qui se meut vers le haut, tandis que le trigramme supérieur, K'ouen, se dirige vers le bas.

L'APPROCHE possède une sublime réussite.
La persévérance est avantageuse.
Lorsque vient le huitième mois, c'est l'infortune

L'APPROCHE. Le ferme pénètre et croît.
Joyeux et abandonné. Le ferme est au milieu et trouve une correspondance.
Grand succès par l'attitude correcte. C'est là le cours du ciel.
« Lorsque vient le huitième mois, c'est l'infortune. » Le déclin n'est pas long à venir.

Le nom de l'hexagramme est expliqué par sa structure.

L'élément ferme qui pénètre et croît est formé des deux traits yang. La gaieté et le don de soi sont les attributs des deux trigrammes. L'élément ferme au centre qui trouve une correspondance est le neuf à la deuxième place. Il est pris comme base pour expliquer les paroles de l'hexagramme.

Le huitième mois est suggéré par le fait que l'hexagramme suivant, Kouan (la contemplation, la vue), dans lequel la retraite des lignes fortes répond à leur avance présentée ici, vient exactement huit mois après cet hexagramme dans le cycle de l'année.

retour

Au-dessus du lac est la terre : image de L'APPROCHE.
Ainsi l'homme noble est inépuisable dans son dessein d'enseigner et sans limites pour supporter et protéger le peuple.

Le lac qui fait fructifier la terre par son humidité inépuisable évoque l'enseignement qui fait fructifier l'être intérieur de l'homme. La terre signifie les masses, d'où le support et la protection du peuple.

retour