23. L'éclatement

Po / L'Éclatement
En haut Ken : L'Immobilisation, la Montagne
En bas K'ouen : Le Réceptif, la Terre

Les traits sombres s'apprêtent à monter et à causer la chute du dernier trait, qui est ferme et clair, en le désagrégeant par leur influence. L'homme vulgaire et obscur ne combat pas directement l'être noble, mais il le mine progressivement par une action imperceptible, si bien qu'à la fin il s'écroule.
L'hexagramme représente l'image d'une maison. Le trait supérieur est le toit. Le toit une fois brisé, la maison s'effondre.
Ce signe est rattaché au neuvième mois (octobre-novembre). La force yin pousse avec une vigueur croissante et elle est sur le point d'évincer complètement la force yang

L'ECLATEMENT. Il n'est pas avantageux de se rendre en quelque endroit que ce soit.

C'est une époque où les hommes vulgaires exercent une poussée en avant et se préparent à évincer le dernier être robuste et noble. Aussi, comme cette situation est causée par le cours du temps, l'homme noble n'a pas avantage à entreprendre quelque chose en de tels moments. La conduite à tenir en des circonstances si contraires doit être déduite de l'image et de ses propriétés.
Le trigramme inférieur représente la terre dont les attributs sont la docilité et l'abandon; le trigramme supérieur signifie la montagne dont l'attribut est la tranquillité. Cela suggère le conseil de se conformer aux temps mauvais et de demeurer tranquille.
Il ne s'agit pas ici d'une action des hommes, mais de conditions temporelles qui, suivant les lois du ciel, manifestent des alternatives de croissance et de déclin, de plein et de vide. Ces conditions temporelles ne permettent aucune réaction. C'est pourquoi ce n'est pas lâcheté mais sagesse que de s'y adapter et d'éviter d'agir

La montagne repose sur la terre : image de L'ECLATEMENT.
Ainsi les supérieurs ne peuvent assurer leur position que par de riches dons aux inférieurs.

La montagne repose sur la terre. Si elle est étroite, escarpée et dépourvue de large base, elle doit s'écrouler.
C'est seulement si elle s'élève de la terre, large et vaste, et non orgueilleuse et abrupte, que sa position est assurée.
Ainsi les gouvernants reposent sur la large base du peuple. Ils doivent, eux aussi, témoigner de la générosité et de la grandeur d'âme, comme la terre qui porte tous les êtres.
Alors ils rendront leur situation aussi sûre que la tranquillité d'une montagne.

Le pied du lit vole en éclats.
Les persévérants sont anéantis. Infortune.

Les hommes vulgaires avancent en secret et commencent en-dessous leur travail de sape destructeur afin de miner l'endroit sur lequel repose l'homme noble. Les suivants du souverain qui lui demeurent fidèles sont anéantis par les intrigues et la calomnie. La situation est des plus néfastes. Il n'y a pourtant rien d'autre à faire que d'attendre.

Six au commencement :
Le pied du lit vole en éclats. Les persévérants sont anéantis. Infortune.
« Le pied du lit vole en éclats » pour anéantir ceux qui se trouvent dessous.

En tant que place inférieure, la position initiale signifie le pied. Ce qui vole en éclats, c'est la place du repos i, d'où l'image du lit. L'éclatement commence en bas. C'est en cela que consiste le danger.

retour

Six à la deuxième place signifie :

Le rebord du lit vole en éclats.
Les persévérants sont anéantis. Infortune.

La puissance du vulgaire s'accroît. Déjà le danger se rapproche de la personne elle-même. Voici qu'apparaissent des signes sans équivoque. La quiétude est troublée.

Tandis que l'on se trouve dans cette situation dangereuse, on demeure encore en face d'elle sans aide et sans avances amicales venant soit d'en haut, soit d'en bas. Dans cet isolement une extrême prudence est requise. On doit s'adapter aux exigences de l'heure et esquiver en temps voulu. Si l'on voulait maintenir sa situation en se montrant inflexible et persévérant, cela conduirait à la chute.

Six à la deuxième place :
Le rebord du lit vole en éclats. Les persévérants sont anéantis. Infortune.
« Le rebord du lit vole en éclats », parce que l'on n'a pas de compagnon.

L'éclatement monte du pied du lit. C'est maintenant le rebord qui vole en éclats. Le trait est isolé. Il n'a aucune relation, soit de correspondance, soit d'entraide, avec ceux qui l'entourent. Ici l'attaque n'est plus masquée; elle se fait ouvertement.

retour

Six à la troisième place signifie :

Il vole en éclats avec eux. Pas de blâme.

On se trouve au milieu d'un entourage mauvais auquel on est rattaché par des liens extérieurs. Il existe toutefois une relation avec un homme supérieur.

On acquiert ainsi la stabilité intérieure qui permet de se libérer de la nature des hommes qui nous entourent. Sans doute, on se met ainsi en opposition avec eux, mais il n'y a pas là de blâme.

Six à la troisième place :
Il vole en éclats avec eux. Pas de blâme.
« Il vole en éclats avec eux. Pas de blâme. » Il perd son voisin du dessus et celui du dessous.

Le trait se trouve en relation de correspondance avec le neuf supérieur. Par suite il rompt avec son entourage afin de demeurer fidèle à ces liens primitifs. A cause de la relation existant avec le neuf supérieur, il se fait une séparation d'avec les traits voisins avec lesquels il n'y a pas de relation d'entraide

retour

Six à la quatrième place signifie :

Le lit vole en éclats jusqu'à la peau. Infortune.

L'infortune atteint ici le corps lui-même et non plus seulement l'endroit où l'on repose. L'oracle n'ajoute ni avertissement, ni autre commentaire. L'infortune est à son comble : elle ne se laisse plus détourner.

Six à la quatrième place :
Le lit vole en éclats jusqu'à la peau. Infortune.
« Le lit vole en éclats jusqu'à la peau. Infortune ». C'est là un malheur très grave et immédiat

En bas le trigramme K'ouen représente le lit, le lieu du repos. En haut, Ken est celui qui se repose. Ici l'éclatement passe de la place du repos à celui qui se repose.

C'est pourquoi l'infortune est imminente
retour

Six à la Cinquième place signifie :

Un banc de poissons. La faveur vient par l'intermédiaire des dames de la cour.
Tout est avantageux.

Ici la nature du principe obscur se transforme au voisinage immédiat du principe supérieur fort et lumineux. L'obscurité ne s'oppose plus par ses intrigues au principe fort, mais elle se soumet à sa direction. On la voit même, en tant que première des lignes faibles, amener l'ensemble de celles-ci au principe fort, tout comme une princesse conduit ses dames d'honneur, tel un banc de poissons, à son époux et obtient par là sa faveur .

En se soumettant librement au principe supérieur, le principe inférieur trouve son bonheur et le principe supérieur reçoit également son dû. C'est pourquoi tout va bien.

Six à la cinquième place :
Un banc de poissons. La faveur vient par l'intermédiaire des dames de la cour. Tout est avantageux.
« La faveur vient par l'intermédiaire des dames de la cour ». Il n'y a finalement là pas de faute.

Si le trait se transforme, on voit apparaître en haut Souen qui signifie poisson. Le poisson est du reste un être rattaché au principe sombre. Le trait est à la place du souverain; ici toutefois, comme l'activité de la force fin fait une nette apparition, ce n'est pas le prince, mais la reine.

Ce trait est en relation d'entraide avec celui d'en haut. Ce n'est donc pas une action hostile; au contraire, parvenu au comble de l'influence, il se soumet au yang dont il s'approche, traînant à sa suite les quatre autres traits fin comme un banc de poissons.

Les relations amicales sont représentées par l'attitude du souverain à l'égard des dames de la cour et de la reine

Neuf en haut signifie :

Il y a là encore un gros fruit qui n'a pas été mangé.
L'homme noble obtient un char.
La maison de l'homme vulgaire vole en éclats.

La fin de l'éclatement est ici atteinte. Quand l'infortune à épuisé sa malice, des temps meilleurs reviennent. La semence du bien est encore là. Comme le fruit tombe à terre, le bien sort de nouveau de sa semence. L'homme noble retrouve influence et possibilité d'agir. Il est porté par l'opinion générale comme sur un char.

Mais l'homme vulgaire est châtié par sa propre méchanceté. Sa maison vole en éclats. Il y a là une loi de la nature. Le mal n'est pas seulement corrupteur du bien, mais il se détruit finalement lui-même. Car le mal, qui ne vit que de négation, ne peut subsister de lui-même. Pour l'homme vulgaire aussi, la meilleure situation est d'être tenu sous le contrôle de l'homme noble.

Neuf en haut :
Il y a encore là un gros fruit qui n'a pas été mangé.
L'homme noble obtient un char.
La maison de l'homme vulgaire vole en éclats.
« L'homme noble obtient un char. » Il est porté par le peuple.
« La maison de l'homme vulgaire vole en éclats. » Il est finalement inutilisable.

L'unique trait fort au sommet qui contient les germes de vie pour l'avenir est vu sous l'image d'un gros fruit. Le trigramme K'ouen signifie un char. L'effondrement du trait provoqué par son changement en un trait fin est comparé à l'écroulement de la hutte de l'homme vulgaire. Le trait est en quelque sorte le toit de l'hexagramme tout entier.

Quand il s'effondre, tout s'écro

Le maître de l'hexagramme est le neuf supérieur. Bien que la forme obscure fasse voler en éclats le principe lumineux, celui-ci ne peut toutefois être complètement pulvérisé. C'est pourquoi il est le maître de l'hexagramme.

Lorsqu'on pousse trop loin le souci de la parure, le succès s'épuise.
C'est pourquoi vient ensuite l'hexagramme : L'ECLATEMENT. L'éclatement signifie la ruine.

L'ECLATEMENT signifie la putréfaction.

Cette idée, qui est formulée en même temps que celle concernant l'hexagramme suivant, montre la connexion qui existe entre la putréfaction et la résurrection. Le fruit doit pourrir avant qu'une nouvelle graine puisse se développer.

La tendance descendante de ce signe est des plus claires.

Les deux trigrammes nucléaires de même que le trigramme inférieur sont formés de K'ouen dont le mouvement est dirigé vers le bas. En face on a le trigramme supérieur Ken, immobile et en repos. Cela conduit à un relâchement de la structure. Si l'on prend la tendance des cinq traits yin, ceux-ci provoquent la chute du yang supérieur, en ce qu'ils s'enfoncent vers le bas et le privent ainsi de l'appui du sol. Ici se trouve en outre exprimée la tendance fondamentale du Livre des Transformations : la lumière est représentée comme invincible, car dans sa chute elle engendre une vie nouvelle, tout comme le grain de blé enfoui dans la terre

L'ECLATEMENT. Il n'est pas avantageux de Se rendre en quelque endroit que ce soit.

L'ECLATEMENT signifie la ruine. Le malléable modifie le ferme.
« Il n'est pas avantageux de se rendre en quelque endroit que ce soit » : les hommes vulgaires vont en augmentant.
Abandon et immobilité, telles sont les conséquences tirées de la contemplation de l'image.
L'homme noble est attentif à l'alternance de la croissance et du déclin, du plein et du vide; car c'est le cours du ciel.

Le malléable change le fort par une action progressive et imperceptible. Les traits yin sont en passe d'augmenter.

D'où l'attitude de l'homme noble dans de pareils moments; elle se déduit des deux trigrammes. Il est abandonné, conformément à la propriété du trigramme K'ouen, et tranquille, en accord avec la propriété du trigramme Ken.

Cela signifie qu'il n'entreprend rien parce que ce n'est pas le moment. Il s'adapte ainsi au cours du ciel qui fait alterner la croissance et le déclin de sorte que ce qui est plein décroît et que ce qui est vide croît.

retour

La montagne repose sur la terre : image de l'ECLATEMENT.
Ainsi les supérieurs ne peuvent assurer leur position que par de riches dons aux inférieurs.

La montagne est d'autant moins exposée à l'éclatement quelle repose plus largement sur la terre. Ce qui est présenté ici n'est pas tant l'image de l'éclatement que ce qui permet de l'éviter. Par suite on ne considère pas le déclin de la lumière et l'accroissement de l'obscurité, mais la solidité des fondations.

Par de riches présents qui sont dans la nature de la terre (K'ouen), on parvient au repos assuré qui est dans la nature de la montagne (Ken).

retour