26. Le pouvoir d'apprivoisement du grand

Ta Ch'ou / Le pouvoir d'Apprivoisement du Grand
En haut Ken : L'Immobilisation, la Montagne.
En bas K'ien : Le Créateur, le Ciel

Le créateur est apprivoisé par l'immobilisation. Cela donne un grand pouvoir, tout à fait différent de celui du n° 9 où c'est seulement le doux qui apprivoise le créateur.
Tandis que là-bas un seul trait faible doit apprivoiser cinq traits forts, ici il y en a deux: en plus du ministre, il y a aussi le prince. C'est pourquoi cet hexagramme est beaucoup plus puissant. Le signe renferme une triple signification: le ciel au milieu de la montagne fait naître l'idée de « tenir ferme » au sens de « maintenir ensemble ».
Le trigramme Ken qui immobilise K'ien donne l'idée de« tenir ferme » au sens de « retenir ». Enfin, comme il y a en haut un trait fort qui est le maître de l'hexagramme, on a l'idée de « tenir ferme » au sens de « cultiver », « nourrir ». Cette dernière pensée vaut spécialement pour le maître de l'hexagramme, le trait supérieur, qui représente le sage.

LE POUVOIR D'APPRIVOISEMENT DU GRAND. La persévérance est avantageuse.
Ne pas manger chez soi apporte la fortune.
Il est avantageux de traverser les grandes eaux.

Pour concentrer et tenir fermement les grandes forces créatrices, comme c'est le cas dans cet hexagramme, on a besoin d'un homme fort et éclairé qui soit honoré par le souverain. Le trigramme K'ien indique le grand pouvoir créateur, le trigramme Ken, la fermeté et la vérité. L'un et l'autre traduisent la lumière, la clarté et le renouvellement quotidien du caractère. Ce n'est qu'en se renouvelant ainsi chaque jour, que l'on demeure au sommet de la puissance.
Si durant les époques tranquilles le pouvoir de l'habitude aide à maintenir l'ordre, dans les temps où la puissance s'accumule tout dépend de la force de la personnalité. Mais puisque les hommes de mérite sont honorés, comme le prouve la forte personnalité à laquelle le souverain confie le gouvernement, il est favorable de ne pas manger chez soi, mais de gagner son pain en public en prenant une charge officielle.
On est en harmonie avec le ciel : c'est pourquoi on réussira même dans des entreprises difficiles et dangereuses, comme la traversée des grandes eaux.

Commentaires

Le ciel au milieu de la montagne :
Image du POUVOIR D'APPRIVOISEMENT Du GRAND.
Ainsi l'homme noble apprend à connaître un grand nombre de paroles de l'antiquité et d'actions du passé, pour affermir par là son caractère.

Le ciel au milieu de la montagne évoque des trésors cachés. Ainsi les paroles et les actions du passé renferment un trésor caché qui peut être employé à affermir et à élever le caractère. Telle est la manière correcte d'étudier : non se limiter au savoir historique, mais faire constamment de l'histoire une réalité actuelle en utilisant ses données.

Le danger est là. Il est avantageux de se tenir à distance.

On voudrait bien avancer vigoureusement, mais les circonstances s'y opposent et l'on se voit retenu. En voulant avancer malgré tout, on amènerait sur soi le malheur. C'est pourquoi mieux vaut se contenir et attendre que les forces accumulées s'ouvrent une issue.

Neuf au commencement :
a) Le danger est là. Il est avantageux de se tenir à distance.
b) « Le danger est là. Il est avantageux de se tenir à distance ».
Ainsi on ne s'expose pas au danger.

Le trait fort à la place correcte voudrait progresser. Mais il est en relation de correspondance avec le six à la quatrième place, qui est l'un des deux traits formant obstacle.

Ce trait signifie donc pour le neuf initial, s'il veut progresser, un danger et une obstruction. Comme le trait est encore au tout début, il se laisse entraver et échappe au danger.

retour

Neuf à la deuxième place signifie :

Les essieux du char sont enlevés.

Le progrès est ici entravé comme dans le pouvoir d'apprivoisement du petit (.n° 9, Siao Tch'ou, neuf à la troisième place).

Mais là, la puissance d'obstruction est faible et, par suite, un conflit s'élève entre la poussée et l'obstacle, Si bien que les rayons sautent, tandis qu'ici la force d'obstruction est nettement prédominante. Par suite, il n'y a pas de combat.

On s'adapte et on commence par enlever les essieux de son char, c'est-à-dire que l'on se contente pour le moment d'attendre. De cette manière la force s'accumule et crée une tension qui conduira ultérieurement à un progrès énergique.

Neuf à la deuxième place :
a) Les essieux du char sont enlevés.
b) « Les essieux du char sont enlevés ». Au milieu il n'y a pas de blâme.

K'ien est rond, d'où l'image de la roue. Touei, le trigramme nucléaire, indique l'action de briser.

Le neuf à la troisième place est central, c'est pourquoi il peut se maîtriser. Il est entravé par le six à la cinquième place avec lequel il se tient en relation.

retour

Neuf à la troisième place signifie :

Un bon cheval qui en suit un autre.
La conscience du danger et la persévérance sont avantageuses.
Exerce-toi tous les jours à conduire le char et à manier les armes.
Il est avantageux d'avoir où aller.

La route s'ouvre. L'obstruction cesse. On est relié à une volonté forte qui agit dans la même direction. On avance comme un bon cheval qui en suit un autre. Mais le danger menace encore, et l'on doit en demeurer conscient pour ne pas se laisser ravir la fermeté.

Ainsi, il faut s'exercer d'une part à ce qui fait avancer et d'autre part à ce qui protège contre une attaque imprévue, il est alors bon d'avoir un but vers lequel on tend.

Neuf à la troisième place :
a) Un bon cheval qui en suit un autre. La conscience du danger et la persévérance sont avantageuses. Exerce-toi tous les jours à conduire le char et à manier les armes.
Il est avantageux d'avoir où aller.
b) « Il est avantageux d'avoir où aller. » La volonté du supérieur concorde.

K'ien est un bon cheval; le trigramme nucléaire Tchen au début duquel le trait est placé est le mouvement; d'où : l'avance.

Le trait se tient en relation de convenance avec le neuf supérieur, d'où l'accord de la volonté avec celle du supérieur.

Toutefois le quatrième et le cinquième traits constituent encore une séparation et un danger que l'on doit garder présents à l'esprit. Le char est suggéré par le trigramme K'ien, les armes par le trigramme nucléaire Touei, qui signifie le métal et l'action de briser

retour

Six à la quatrième place signifie :

La planchette frontale d'un jeune taureau.
Grande fortune.

Ce sont ces traits et les suivants qui apprivoisent ceux qu'ils surmontent. Avant que les cornes aient poussé à un jeune taureau, on place sur son front une planchette afin que plus tard, quand les cornes commenceront d'apparaître, elles ne puissent plus blesser.

C'est une bonne façon d'apprivoiser que de s'opposer à la nature sauvage avant qu'elle ne se soit exprimée. On obtient ainsi un succès facile et considérable.

Six à la quatrième place :
a) La planchette frontale d'un jeune taureau.
Grande fortune.
b) La grande fortune du six à la quatrième place signifie qu'il possède la joie.

Le trait est à la place des cornes du trigramme nucléaire 'Touei qui, d'ordinaire, signifie toutefois mouton et non taurillon.

Le trait apprivoise le neuf initial sans difficulté avant même qu'il ait commencé à être dangereux; d'où la joie.
retour

Six à la Cinquième place signifie :

La défense d'un sanglier châtré. Fortune.

On est ici parvenu indirectement à apprivoiser l'impétueuse poussée en avant. La défense d'un sanglier est dangereuse en elle-même, mais quand la nature du sanglier est modifiée, elle perd son caractère nocif.

C'est ainsi que, chez les hommes, on ne doit pas combattre directement la nature sauvage, mais en ôter les racines

Six à la cinquième place :
a) La défense d'un sanglier châtré. Fortune.
b) La fortune du six à la cinquième place consiste en ce qu'il possède la bénédiction.

Suivant une autre interprétation, le sens est : « le piquet où est attaché un pourceau ». Quoi qu'il en soit, le sens est l'entrave indirecte, avant que le danger n'ait grandi.

Un ancien commentaire relie le porc de ce trait, de même que le taureau du précédent, aux rites sacrificiels, d'où la fortune et la bénédiction. De toute manière, la bénédiction provient de la relation qui existe dans ce trait avec le trait central du trigramme inférieur, le ciel.

Neuf en haut signifie :

On parvient à la voie du ciel. Succès.

Le temps de l'obstruction est passé. La force longtemps accumulée grâce aux obstacles se fraye un chemin et remporte un grand succès. C'est un sage qui est honoré du souverain et dont les maximes s'imposent et modèlent le monde.

Neuf en haut :
a) On parvient à la voie du ciel. Succès.
b) « On parvient à la voie du ciel ». La vérité opère en grand.

Le trait supérieur est honoré comme sage par le six à la cinquième place. Il se trouve en relation de similitude avec le neuf à la troisième place. Mais celui-ci est le trait supérieur de l'hexagramme le ciel.

Les maîtres de l'hexagramme sont le six à la cinquième place et le neuf supérieur. C'est à eux que se rapportent les paroles du Commentaire sur la décision : "Le ferme s'élève et honore celui qui en est digne"

Quand on a l'innocence, on peut apprivoiser.
C'est pourquoi vient ensuite l'hexagramme : LE POUVOIR D'APPRIVOISEMENT DU GRAND.

S'attacher fermement à la vertu céleste est la condition nécessaire pour être innocent. Inversement, l'innocence est l'état indispensable pour pouvoir s'attacher fermement à la vertu céleste

Le pouvoir d'apprivoisement du grand repose sur le temps.

Les mouvements des deux figures vont en sens inverse. En bas, le créateur pousse vigoureusement vers le haut, en haut l'immobilisation le retient solidement. Les trigrammes nucléaires Tchen et, Touei ont également des tendances ascendantes, le premier plus que le second.

Ce sont les forces latentes qui sont intensifiées par l'action de retenir solidement. Les deux traits faibles à la place du souverain et du ministre apprivoisent les traits forts inférieurs tandis qu'ils conservent à l'égard de celui d'en haut une attitude d'approbation et de libéralité. Cet hexagramme est l'inverse du précédent.

LE POUVOIR D'APPRIVOISEMENT DU GRAND.
La persévérance est avantageuse.
Ne pas manger chez soi apporte la fortune. Il est avantageux de traverser les grandes eaux.

LE POUVOIR D'APPRIVOISEMENT Du GRAND.
Fermeté et force. Pureté et vérité. Eclat et lumière.
Chaque jour il renouvelle sa vertu.
Le ferme s'élève et honore celui qui en est digne.
Il est capable d'immobiliser la force; c'est là une « grande correction ».
« Ne pas manger chez soi apporte la fortune » parce que ceux qui en sont dignes sont nourris.
« Il est avantageux de traverser les grandes eaux » parce que l'on trouve une correspondance dans le ciel.

Le trigramme supérieur Ken est ferme, et l'inférieur, K'ien est fort; le premier est pur, le second est vrai; le premier est éclatant, le second est lumineux. Ainsi les deux trigrammes se complètent. La force de caractère est renforcée par l'élément d'immobilisation placé au-dessus; à un point tel qu'un renouvellement a lieu chaque jour. Cela se rapporte à l'influence intérieure, personnelle. C'est la première signification de l'hexagramme; s'immobiliser et se recueillir.

Le ferme, qui s'élève, est le neuf supérieur. Il s'élève au-dessus du six à la cinquième place qui occupe la place du souverain, et ce souverain l'honore dans son ascension parce qu'il en est digne. Le trigramme du haut Ken, l'immobilisation, est capable de retenir fermement celui du bas, K'ien, le fort, ce qui explique les paroles du jugement : « La persévérance est avantageuse >.

« Il est avantageux de traverser les grandes eaux >. Cette idée est suggérée par les deux trigrammes nucléaires :

Tchen, qui signifie le bois, au-dessus de Touei, le lac. Cette action dangereuse est possible parce que le maître de l'hexagramme, le six à la cinquième place, est en relation de correspondance avec le trait central du trigramme inférieur le ciel, le neuf à la deuxième place.

retour

Le ciel au milieu de la montagne : image du POUVOIR D'APPRIVOISEMENT Du GRAND.
Ainsi l'homme noble apprend à connaître un grand nombre de paroles de l'antiquité et d'actions du passé pour affermir par là son caractère.

Le ciel indique le caractère, la vertu. L'affermissement est. évoqué par la montagne. Les moyens d'y parvenir sont cachés dans les trigrammes nucléaires; celui du bas :

Touei, la bouche, indique les paroles; celui du haut Tchen, le mouvement, indique les actes.

retour

retour en haut