31. L'influence

Hien / Influence (la Demande en Mariage)
En haut Touei : Le Joyeux, le Lac
En bas Ken : L'Immobilisation, la Montagne

Le nom de l'hexagramme signifie « universel », « général » et, au sens figuré, « influencer », « exciter ». Le trigramme supérieur est Touei, le joyeux; l'inférieur, Ken, l'immobilisation.
Le trigramme fort du bas émeut le trigramme faible du haut en exerçant sur lui une action persistante tendant à l'arrêter, et le second trigramme répond joyeusement et dans l'allégresse à l'invite du premier.
Le trigramme inférieur, Ken, est le plus jeune fils; le trigramme supérieur, Touei, la plus jeune fille. Ainsi se trouve représentée l'attraction naturelle des sexes l'un pour l'autre. L'homme doit dans ce domaine prendre l'initiative et se placer au-dessous de la femme en la demandant en mariage.
De même que la première partie du livre commence par les hexagrammes du ciel et de la terre, en tant que fondements de tout ce qui existe, la seconde débute par l'hexagramme représentant la demande en mariage et les épousailles, en tant que fondement de la vie sociale.

L'INFLUENCE. SUCCES.
La persévérance est avantageuse.
Prendre une jeune fille pour femme apporte la fortune.

L'élément faible est au-dessus, l'élément fort au-dessous; ils attirent donc mutuellement leurs forces jusqu'à s'unir.
Cela crée le succès. Toute réussite repose en effet sur l'action d'attractions mutuelles. L'immobilité intérieure accompagnant la joie extérieure fait que la joie n'excède pas la mesure mais demeure dans de justes limites Tel est le sens de l'avis ajouté : « La persévérance est avantageuse », car c'est en cela que la cour faite en vue du mariage, où l'homme fort se place au-dessous de la faible femme, se distingue de la séduction.
Cette attraction suivant les affinités électives constitue une loi générale de la nature. Le ciel et la terre s'attirent mutuellement et tous les êtres viennent à l'existence. Le sage opère sur le coeur des hommes au moyen d'une attraction analogue, et la paix s'établit dans l'univers. On peut reconnaître la nature de toutes choses dans le ciel et sur la terre d'après les attractions qu'elles exercent.

Commentaires

Sur la montagne est un lac : image de L'INFLUENCE.
Ainsi le sage par sa capacité d'accueil fait que les hommes s'approchent de lui.

La montagne au sommet de laquelle se trouve un lac est stimulée par l'humidité de ce dernier. Elle doit cet avantage au fait que son sommet n'est pas saillant mais creusé.
L'image donne le conseil de se tenir intérieurement abaissé et libre, de manière à demeurer réceptif aux bons conseils. Les hommes cessent vite de conseiller celui qui en sait plus dans tous les domaines.

L'influence se manifeste dans le gros orteil

Avant qu'un mouvement se réalise, il se manifeste dans le gros orteil. L'idée de l'influence est déjà présente. Mais au début elle n'est pas apparente pour les autres. Tant que l'intention n'a pas encore produit d'effets visibles elle ne revêt pas d'importance pour le monde extérieur et ne mène ni au bien ni au mal.

Six au commencement :
a) L'influence se manifeste dans le gros orteil.
b) L'influence dans le gros orteil : la volonté est dirigée vers l'extérieur.

Le trait est en relation avec le neuf à la quatrième place dans le trigramme « extérieur ». L'image de l'orteil est choisie comme représentant la partie la plus inférieure du corps. La volonté est dirigée vers l'extérieur, bien que cela ne se manifeste pas, car le mouvement de l'orteil est invisible du dehors.

retour

Six à la deuxième place signifie :

L'influence se manifeste dans les mollets.
Infortune.
S'attarder apporte la fortune.

Le mollet suit le pied dans le mouvement. Il ne peut pas avancer de lui-même et ne peut pas non plus demeurer seul en place. C'est un mouvement qui n'est pas autonome et, parce qu'il n'est pas autonome, il amène l'infortune.

On doit attendre paisiblement jusqu'à ce que l'on soit conduit par une influence effective. On demeure alors exempt de dommage.

Six à la deuxième place :
a) L'influence se manifeste dans les mollets. Infortune.
S'attarder apporte la fortune.
b) Même si l'infortune menace, s'attarder apporte la fortune.
L'abandon n'entraîne pas de dommage.

Le trait est en relation avec le neuf à la cinquième place.
Lorsqu'il ne se meut pas en même temps que le six du début, mais s'attarde jusqu'à ce que l'impulsion vienne d'en haut, du neuf à la cinquième place, cela n'entraîne pas de dommage. Cette possibilité lui vient de sa situation centrale.

retour

Neuf à la troisième place signifie :

L'influence se manifeste dans les cuisses.
Se tient à ce qui le suit.
Continuer est humiliant.

Toute disposition du cœur nous excite à un mouvement.

Là où se porte le désir du cœur, les cuisses courent sans hésitation; elles sont en relation étroite avec le cœur, qu'elles suivent. Mais, appliquée à la vie humaine, cette manière de se mettre tout de suite en mouvement sous l'influence d'une humeur n'est pas la bonne; elle mène à la longue à l'humiliation. L'idée qui découle de là est triple : on ne doit pas se mettre immédiatement à courir après les personnes sur lesquelles on voudrait exercer de l'influence, mais dans certains cas il faut pouvoir se retirer.

On ne doit pas davantage céder sur-le-champ à toutes les humeurs des gens au service desquels on se trouve.

Et enfin, face aux dispositions de son propre cœur, on ne doit pas négliger la possibilité de refrènement sur laquelle repose la liberté humaine.

Neuf à la troisième place :
a) L'influence se manifeste dans les cuisses. j Se tient à ce qui le suit.
Continuer est humiliant.
b) « L'influence se manifeste dans les cuisses ».

Il ne peut pas rester immobile. Quand la volonté est dirigée vers ce à quoi tiennent ceux ' qui nous suivent, cela est très bas.

Tandis que les deux traits inférieurs sont faibles de nature : et qu'il n'est pas surprenant qu'ils se laissent influencer par les autres, ce trait-ci, qui est plus fort, peut très bien se gouverner lui-même et ne pas céder à toutes les impulsions venant d'en bas.

En se conformant aux intentions des deux traits placés au-dessous de lui, ses suivants, il s'attire le blâme.

retour

Neuf à la quatrième place signifie :

La persévérance apporte la fortune. Le remords disparaît.
Quand un homme est agité et que ses pensées vont et viennent, seuls suivent les amis vers lesquels il dirige des pensées conscientes.

La place du cœur est ici atteinte. L'impulsion qui en sort est la plus importante. Il faut veiller particulièrement à ce que l'influence soit constante et bonne; alors, malgré le danger que fait naître la grande mobilité du cœur humain, il n'y a plus nécessairement de remords.

Quand la force paisible de la personnalité d'un homme opère, les effets produits sont normaux. Tous les hommes qui sont réceptifs aux vibrations d'un tel esprit sont alors influencés. L'action sur les autres ne doit pas prendre la forme d'un travail conscient et voulu en vue de les manier. Une telle agitation consciente provoque en effet un état d'émotion et l'on s'use, éternellement ballotté entre des sentiments fluctuants.

En outre, les effets sont alors limités à ceux vers qui l'on dirige ses pensées de façon consciente.

Neuf à la quatrième place :
a) La persévérance apporte la fortune.
Le remords disparaît.
Quand un homme est agité et que ses pensées vont et viennent, seuls suivent ses amis vers lesquels il dirige des pensées conscientes.
b) « La persévérance apporte la fortune. Le remords disparaît ». Car de cette manière on n'entraîne aucun dommage.
« Les pensées vont et viennent, agitées ». On montre par là que l'on ne possède pas de claire lumière.
Le trait est fort à une place faible, c'est pourquoi il possède une double possibilité. Ou bien il reste ferme, en résistant à la tentation d'user d'influences particulières, et il agit paisiblement au moyen de son essence, en tant que l'un des maîtres de l'hexagramme, car il est en accord avec ce qui est juste. Ou bien il peut céder à l'influence du six initial, avec lequel il possède une relation; il limite ainsi son influence, tout est ramené au plan conscient et la lumière intérieure s'obscurcit. Cette possibilité est suggérée par le fait qu'il s'agit du trait inférieur du trigramme Touei, placé, par conséquent, tout au fond de l'obscurité (Touei est un trigramme yin, donc obscur).

Koung Tseu dit au sujet de ce trait : « Quel besoin la nature a-t-elle de la pensée et du souci ? Dans la nature tout retourne à l'origine commune et se répartit sur différents sentiers. Par une seule influence le fruit de cent pensées est réalisé. Quel besoin la nature a-t-elle de la pensée, quel besoin a-t-elle du souci.

retour

Neuf à la Cinquième place signifie :

L'influence se manifeste dans la nuque.
Pas de remords

La nuque est la partie la plus immobile du corps. Quand l'influence s'y manifeste, la volonté demeure ferme et l'influence ne conduit pas à la confusion.

C'est pourquoi il n'est pas ici question de remords. Ce qui se produit dans les profondeurs de l'être, dans le subconscient, ne peut être ni provoqué, ni empêché par l'âme consciente.

Il est vrai que si quelqu'un n'est pas influençable il ne peut pas non plus influencer le monde extérieur.

Neuf à la cinquième place :
a) L'influence se manifeste dans la nuque. Pas de remords.
b) « L'influence se manifeste dans la nuque ».
La volonté est dirigée vers les ramifications.

La nuque est immobile. L'influence est radicalement pure.

Mais là où la racine est pure, les ramifications le sont aussi.

L'influence est donc bonne. Le trait est fort et central et il est le maître de l'hexagramme; c'est pourquoi il opère au moyen du calme parfait de l'équilibre intérieur. Pendant ce temps la volonté n'est pas inerte; en contrôlant les processus organiques, elle parachève également l'ordre dans les détails.

retour

Six en haut signifie :

L'influence se manifeste dans les mâchoires, les joues et la langue.

La façon la plus superficielle de vouloir exercer de l'influence sur les autres est le pur bavardage derrière lequel il n'y a rien. Une telle excitation produite par les mouvements des organes de la parole demeure nécessairement insignifiante. C'est pourquoi rien n'est ajouté concernant le bonheur ou le malheur.

Six en haut :
a) L'influence se manifeste dans les mâchoires, les joues et la langue.
b) « L'influence se manifeste dans les mâchoires, les joues et la langue ». Il ouvre la bouche et bavarde.

Un trait faible, qui n'a pas en lui-même une grande influence. Le trigramme Touei signifie la bouche. Le trait supérieur est partagé; c'est donc l'ouverture de la bouche.

Le neuf à la quatrième place occupe la position du maître.
Le cœur est maître de l'influence, c'est pourquoi le quatrième trait est le maître de l'hexagramme. Mais le neuf à la cinquième place occupe la position du dos et signifie par suite l'immobilisation au sein de l'influence. Il indique la faculté de demeurer en repos au sein du mouvement et, par suite, il est le maître de l'hexagramme à un degré plus marqué.

Après le ciel et la terre, viennent les êtres individuels.
Après que les êtres individuels sont venus à l'existence, on a les deux sexes.
Après le sexe masculin et le sexe féminin, vient la relation entre l'époux et l'épouse.

Après la relation entre l'époux et l'épouse, vient la relation entre le père et le fils.

Après la relation entre le père et le fils, vient la relation entre le prince et le serviteur.

Après la relation entre le prince et le serviteur, vient la distinction entre le supérieur et l'inférieur.

Après la relation entre le supérieur et l'inférieur, les règles de la propriété et du droit peuvent s'exercer.

L'INFLUENCE s'accomplit rapidement

L'INFLUENCE. SUCCES. La persévérance est avantageuse.
Prendre une jeune fille pour femme apporte la fortune.

L'INFLUENCE signifie l'excitation. Le faible est en haut et le fort en bas. Leurs deux forces s'influencent et se répondent mutuellement si bien qu'ils s'unissent. Immobilisation et gaîté.
Le masculin se place au-dessous du féminin. C'est la raison pour laquelle il est dit : « Succès.
La persévérance est avantageuse. Prendre une jeune fille apporte la fortune ».

Le ciel et la terre s'influencent mutuellement et toutes les choses se modèlent et naissent. L'élu influence le cœur des hommes et le monde entre dans la paix et le repos.

Si l'on contemple les influences qui émanent, on peut connaître la nature du ciel et de la terre, et celle de tous les êtres.

Le signe Hien diffère de Kan « exciter » en ce que le cœur n'est pas un de ses éléments. Ce qui est désigné, c'est donc l'influence inconsciente, involontaire et non celle qui est consciente et voulue; il s'agit de relations objectives d'ordre général et non de rapports particuliers et subjectifs.

Le faible placé en haut est le trigramme Touei, la plus jeune fille; sa propriété est la gaieté, son image, le lac; le fort placé en bas est Ken, le plus jeune fils; sa propriété est l'immobilisation, et son image, la montagne.

On utilise, pour expliquer le jugement, l'organisation de l'hexagramme (le faible en haut, le fort en bas), les propriétés et les symboles (le plus jeune fils, la plus jeune fille)

retour

Sur la montagne est un lac : image de l'INFLUENCE.
Ainsi l'homme noble par sa capacité d'accueil fait que les hommes s'approchent de lui. (Littéralement : Ainsi le sage accueille les hommes par la vertu du vide ).

Le lac sur la montagne donne à la montagne son humidité.

La montagne rassemble des nuages grâce auxquels le lac est alimenté. Ainsi leurs forces s'influencent réciproquement. L'attitude des deux images révèle la manière dont se produit cette influence : c'est seulement parce que la montagne est vide, c'est-à-dire creuse, à son sommet, que le lac peut se former. Ainsi l'homme noble accueille les hommes grâce au vide. L'homme noble est comparé à la montagne, les hommes, au lac. La relation se forme à l'initiative de la montagne, c'est-à-dire de l'homme noble.

L'excitation s'extériorise par degrés. Les différents traits figurent les parties respectives du corps : les trois traits inférieurs sont les jambes, comprenant l'orteil, le mollet et la cuisse; les trois traits supérieurs sont le tronc avec le cœur, la nuque et les organes de la parole

retour