46. La poussée vers le haut

Cheng / La Poussée vers le haut
En haut K'ouen : Le Réceptif, la Terre
En bas Souen : le Doux, le Vent

Le trigramme inférieur, Souen, a pour image le bois; le trigramme supérieur, K'ouen, signifie la terre. A cela est liée l'idée que le bois, dans la terre, pousse vers le haut.
Cette « poussée vers le haut » est, par opposition au « progrès », (n° 35), liée à la notion d'effort, de même que les plantes ont besoin de force pour croître dans la terre.

LA POUSSEE VERS LE HAUT possède une sublime réussite.
Il faut voir le grand homme.
Ne crains pas.
Le départ pour le sud apporte la fortune.

La poussée vers le haut des éléments de valeur ne se heurte à aucun obstacle; c'est pourquoi elle est accompagnée de grand succès.
L'attitude qui rend possible la poussée vers le haut n'est pas violente, mais humble et accommodante. Mais comme on est porté par les dispositions favorables de l'époque, on progresse.
Il faut aller de l'avant et rechercher les personnes qui détiennent l'autorité. On ne doit pas craindre de le faire, car le succès se présentera à coup sûr. Il faut seulement se mettre au travail, car l'activité (signifiée par le sud) est source de fortune.

Commentaires

Au milieu de la terre pousse le bois : image de la POUSSEE VERS LE HAUT.
Ainsi l'homme noble à la nature abandonnée accumule les petites choses pour en faire des choses grandes et élevées.

Le bois dans la terre croît sans hâte et sans précipitation vers le haut en faisant docilement le tour des obstacles.
L'homme au caractère abandonné fait de même et ne connaît jamais de repos dans sa progression.

La poussée vers le haut qui rencontre la confiance apporte une grande fortune.

C'est ici le début de l'ascension. De même qu'en vue de la poussée vers le haut le bois tire sa force des racines qui se trouvent sous lui, la force que réclame la montée émane de cette place : elle est inférieure et inconnue, mais il existe une certaine parenté intérieure de l'être avec le souverain d'en haut, et cette communauté fait naître la confiance dont on a besoin pour pouvoir réaliser quelque chose.

Six au commencement :
a) La poussée vers le haut qui rencontre la confiance apporte une grande fortune.
b) « La poussée vers le haut qui rencontre la confiance apporte une grande fortune » : ceux d'en haut ont des volontés concordantes.

Le trait faible du début s'accorde dans sa manière d'être avec les traits faibles du trigramme supérieur K'ouen.

C'est pourquoi il rencontre la confiance et a du succès dans sa poussée vers le haut, tout comme la racine de l'arbre qui, cachée dans la terre, est reliée à elle et, par ce lien, rend possible la croissance de l'arbre.

retour

Neuf à la deuxième place signifie :

Si l'on est sincère il est avantageux de présenter une offrande même petite.
Pas de blâme.

On suppose ici la présence d'un homme fort. Sans doute il n'est pas adapté à son entourage, car il est trop rude et donne trop peu de place aux formes. Mais il possède la droiture intérieure, c'est pourquoi on vient au-devant de lui et sa négligence des formes extérieures ne lui porte pas préjudice.

La droiture est ici l'émanation de qualités solides, tandis que dans le trait correspondant de l'hexagramme précédent elle est le résultat de l'humilité intérieure.

Neuf à la deuxième place :
a) Si l'on est sincère, il est avantageux de présenter une offrande même petite. Pas de blâme.
b) La sincérité du neuf à la deuxième place amène de la joie.

Le trait est au bas du trigramme nucléaire Touei qui signifie la joie. L'oracle est le même que celui donné à propos du deuxième trait de l'hexagramme précédent. Là c'était un trait faible qui se tenait en liaison interne avec le « roi » à la cinquième place.

Ici c'est un trait fort qui se tient également en relation interne avec le trait faible à la cinquième place. Dans les deux cas la relation de nature est si intime que les dons peuvent être extrêmement petits sans que la confiance mutuelle en soit troublée.

retour

Neuf à la troisième place signifie :

On pousse vers le haut dans une cité vide.

Ici toutes les obstructions qui entravent généralement le progrès tombent. On va de l'avant avec une facilité remarquable. On suit cette route sans hésiter pour exploiter son succès.

Vu de l'intérieur tout paraît être parfaitement en ordre. Cependant l'oracle n'ajoute aucune promesse de bonheur.

La question se pose de savoir combien de temps dure un tel progrès sans obstruction.

Il convient pourtant de ne pas se laisser impressionner par des réflexions de ce genre qui ne feraient qu'entraver la force, mais de se hâter d'utiliser les circonstances favorables.

Neuf à la troisième place :
a) On pousse vers le haut dans une cité vide.
b) « On pousse vers le haut dans une cité vide » : il n'y a aucune raison d'hésiter.

Le trait est fort à une place forte et, en outre, au commencement du trigramme supérieur Tchen qui a pour caractère le mouvement. Au surplus, il a devant lui les traits partagés du trigramme K'ouen qui sont comme vides et ouverts, si bien qu'aucun obstacle ne vient se mettre en travers du progrès.

Ce progrès facile pourrait donner lieu à de l'hésitation, mais comme il est en harmonie avec le temps, il est bon de pousser de l'avant et de tirer profit de l'époque

retour

Six à la quatrième place signifie :

Le roi le présente à la montagne K'i. Fortune.
Pas de blâme.

Le mont K'i est situé à l'ouest de la Chine au pays d'origine du roi Wen dont le fils, le duc de Tchéou, est l'auteur des sentences qui accompagnent les différents traits. C'est un souvenir de l'époque de l'avènement de la dynastie Tchéou.

Les grands alliés du roi Wen furent alors présentés au dieu de sa montagne natale et ils reçurent leur place auprès du souverain dans la salle des ancêtres. On montre ici un stade où la poussée vers le haut a atteint son but. On est glorifié devant les hommes et les dieux, et l'on est reçu dans le cercle de ceux sur qui repose la vie spirituelle de la nation. On est ainsi revêtu d'une importance durable et inaccessible au temps.

Six à la quatrième place :
a) Le roi le présente à la montagne K'i. Fortune. Pas de blâme.
b) « Le roi le présente à la montagne K'i ». C'est la voie de celui qui est plein d'abandon.

Le trait est faible à une place faible. Il se tient au sommet du trigramme nucléaire Touei qui signifie l'ouest et peut ainsi indiquer le mont K'i. Le roi est le six à la cinquième place, le quatrième trait représente le ministre.

Le roi est de même nature que lui, c'est pourquoi il lui ménage la possibilité d'agir
retour

Six à la Cinquième place signifie :

La persévérance apporte la fortune. On pousse vers le haut par degrés.

Quand on continue toujours d'avancer il est important de ne pas se laisser griser par le succès. C'est précisément dans la grande réussite qu'il convient de demeurer sobre, de ne pas vouloir brûler les étapes, mais d'avancer lentement, pas à pas, comme si l'on hésitait. Seul ce progrès paisible, continu, qui ne précipite rien conduit au but.

Six à la cinquième place :
a) La persévérance apporte la fortune.
On pousse vers le haut par degrés.
b) « La persévérance apporte la fortune. On pousse vers le haut par degrés ».
On obtient parfaitement ce que l'on veut.

La poussée vers le haut progresse par degrés du premier trait jusqu'à celui-ci. Le premier trouve confiance, le second n'a besoin que de petits sacrifices, le troisième exerce une poussée dans une cité vide d'humains, le quatrième enfin trouve lui-même accès dans des royaumes de l'au-delà. Ce sont les degrés du progrès qui tous sont récapitulés dans le maître de l'hexagramme.

C'est pourquoi il est de la plus haute importance de rester persévérant dans une réussite aussi éclatante.

Six en haut signifie :

Pousser vers le haut dans le noir.
Il y a avantage à persévérer sans relâche.
Celui qui pousse vers le haut en aveugle est intérieurement égaré. Il connaît seulement la progression, non la retraite. Mais de cette manière on s'épuise. Il est important dans de tels cas de se rappeler que l'on doit demeurer consciencieux et conséquent avec soi-même.
Ce n'est qu'ainsi que l'on se préservera de la poussée aveugle qui est toujours mauvaise.

Six en haut :
a) Pousser vers le haut dans le noir.
Il y a avantage à persévérer sans relâche.
b) « Pousser vers le haut dans le noir ».
En haut se trouve le déclin et non la richesse.

Le trait est au sommet du trigramme K'ouen. Il ne peut pas pousser plus loin. L'aboutissement de ce qui est sombre indique l'obscurité.

Quand on ne reconnaît plus rien, il est nécessaire de se tenir solidement à cette persévérance située au-dessous de la conscience afin de ne pas s'écarter de la route.

Le maître de l'hexagramme est le six à la cinquième place.

C'est à lui que se rapportent les paroles du Commentaire sur la décision : « Le faible pousse vers le haut avec le temps. » Le six à la cinquième place est le trait le plus favorable parmi ceux qui poussent vers le haut. Mais il est certain que la poussée vers le haut commence en bas.

L'hexagramme figure le bois qui croît au sein de la terre.

Toutefois c'est le six initial qui est le maître du trigramme inférieur Souen et la racine du bois; c'est pourquoi le six initial est au moins un maître constituant de l'hexagramme.

S'entasser en direction du haut, cela s'appelle pousser vers le haut.
C'est pourquoi vient ensuite l'hexagramme : LA POUSSEE VERS LE HAUT.

LA POUSSEE VERS LE HAUT ne revient pas.

En elle-même, l'organisation de l'hexagramme est très favorable. Le trigramme supérieur, K'ouen, a un mouvement dirigé vers le bas; le trigramme inférieur, Souen, qui signifie la pénétration et a pour image le bois, pousse par suite vers le haut sans être entravé.

Toutefois la poussée vers le haut n'est pas aussi aisée et d'aussi grande portée que le lever du soleil de l'hexagramme « le progrès ». La direction du mouvement vers le haut est encore renforcée par les trigrammes nucléaires Tchen et Touei qui sont l'un et l'autre dirigés vers le haut.

L'hexagramme est l'inverse du précédent

LA POUSSEE VERS LE HAUT possède une sublime réussite.
Il faut voir le grand homme. Ne crains pas.
Le départ pour le sud apporte la fortune.

Le faible pousse vers le haut avec le temps.
Doux et plein d'abandon.
Le ferme est au milieu et trouve correspondance; c'est pourquoi il parvient à une grande réussite.
« Il faut voir le grand homme. Ne crains pas », car cela apporte la bénédiction.
« Le départ vers le sud apporte la fortune ». La volonté se réalise.

Le faible qui, porté par le temps, pousse vers le haut est le trait faible du début qui signifie la racine du trigramme inférieur, le bois.

Le trigramme inférieur est doux, le supérieur, plein d'abandon. Ce sont là les conditions qui permettent au trait fort à la deuxième place qui trouve correspondance auprès du trait faible à la place du maître de parvenir à un grand succès. Il est dit : « On doit voir le grand homme » et non : Il est avantageux de voir le grand homme », qui est l'expression habituelle; car le maître de l'hexagramme n'est pas le grand homme, il est bien plutôt malléable. La cause de la réussite n'est pas sociale mais transcendante.

C'est pourquoi il est également dit : « Ne crains pas » et : « Cela apporte la bénédiction », Cet aspect favorable des conditions, qui tire son origine de l'invisible, doit être exploité par le travail. Le départ vers le sud signifie le travail.

Le sud est le point cardinal situé entre Souen et K'ouen, les deux parties dont la réunion donne l'hexagramme

retour

Au milieu de la terre croît le bois : image de LA POUSSEE VERS LE HAUT.
Ainsi l'homme noble à la nature abandonnée accumule les petites choses pour en faire des choses grandes et élevées.

L'accumulation des petites choses, le progrès constant et imperceptible sont indiqués par la croissance progressive et invisible du bois dans la terre.

La nature abandonnée correspond au trigramme K'ouen, la hauteur et la grandeur au trigramme Souen dont l'image est l'arbre

retour